Une histoire, un livre – L’oncle d’Amérique – Épisode 7 – Le départ, la vie en Californie

Suite de l’épisode 6 – Aux origines

CHAPITRE II – LE DEPART

5

Pour Étienne, la première étape de l’aventure américaine commence avec l’embarcation à bord du Mataro le 23 octobre 1858 au départ du Havre. Bien sûr, Étienne n’est pas seul : il est accompagné de Jacques Balmain, 44 ans, Vincent Chaix, 28 ans et de Jean François Arnaud, 27 ans. Étienne est le plus jeune des quatre et arrive au bout de sa 24e année.

Près de 900 kilomètres séparent Saint-Sorlin-d’Arves – qui appartient toujours aux États sardes à cette date, rappelons-le – et Le Havre. Comment les quatre individus s’y sont-ils rendus ? Un manque cruel de sources empêche de retracer avec exactitude l’itinéraire des Mauriennais jusqu’au Havre. Aux Archives Départementales de la Savoie et la série appartenant au fonds sarde (1FS), aucune trace de demande de passeport : en cause, des registres très lacunaires. Difficile donc de savoir à quelle date Étienne est parti de Saint-Sorlin ni par quel moyen s’est-il rendu dans la ville portuaire du Havre en 1858. Il est très probable que la petite compagnie ait pris le train, au départ de Saint-Jean-de-Maurienne, empruntant la ligne historique nouvellement créée par Victor-Emmanuel II, en 1853. Ils auraient alors rejoint Chambéry, puis la Suisse, avec Genève. Aux Archives Départementales de la Savoie toujours, une piste intéressante a permis de déduire le parcours des quatre Mauriennais.

Contrat de voyage retrouvé aux Archives départementales de la Savoie, janvier 2016. Il est probable quÉtienne et ses amis soient passés par cette agence pour traverser l”Atlantique. Malheureusement très lacunaires, aucun autre type de contrat en particulier avant que la Savoie ne soit française) na été retrouvé.

Le document, seul de ce genre retrouvé aux archives, concerne un contrat passé entre un homme de Saint-Michel-de-Maurienne, Antoine François Didier, et une agence d’émigration censée lui permettre de rejoindre l’Amérique du Sud. En en-tête, nous pouvons lire : “Paquebots réguliers entre Le Havre New-York – New-Orleans – et Buenos-Ayres”. Il est probable, donc, qu’Étienne et ses trois compères aient fait appel à cette agence. D’où un voyage en train qui passerait par la Suisse, puis par Lyon, Paris et, enfin, Le Havre. Néanmoins, voici ce qu’écrit, sur l’émigration, le chanoine Louis Gros, aussi surprenant que cela puisse paraître, l’émigration a aussi pu se faire à pied ! Ce dernier évoque en effet « la peine des émigrants » en ces termes :

« Ce n’est pas un voyage de plaisir que faisaient les émigrants. Ils quittaient leur village à l’automne, habituellement du moins, alors que les gros travaux de l’été étaient terminés. Ils partaient à pied ; l’un d’eux nous a dit qu’il franchissait en quinze jours la distance qui sépare Saint-Jean-de-Maurienne de Paris, ce qui fait une moyenne de 40 kilomètres par jour. Le soir, ils prenaient un peu de repos réparateur dans une hôtellerie bien modeste, à savoir une grange ou une écurie. […] À partir de 1850 surtout, la police française fut sévère. Chaque émigrant devait être muni de moyens d’existence suffisants pour faire son voyage jusqu’à destination ; il devait avoir 50 francs en poche ; sinon, il était impitoyablement refoulé. Le pauvre est gênant ; il doit rester dans sa chaumière. » [1]

Ici, Louis Gros parle notamment de l’émigration saisonnière en France mais ce qu’il dit concerne évidemment tout émigrant traversant la France à cette période. Pour les Mauriennais partis en Amérique du Sud, les départs se faisaient surtout à partir de Gênes, ville portuaire italienne  la plus proche quand on part de Maurienne.

Mais revenons un instant sur les trois individus qui partent avec Étienne, tous originaires de Saint-Sorlin.

Jacques n’est autre qu’un cousin d’Étienne : il s’agit en réalité du cousin germain de son père, François Brunet. Pierre Jacques Balmain naît le 11 janvier 1814. Ses parents, Pierre Balmain et Marie Brunet, grand-tante paternelle d’Étienne, sont tous deux cultivateurs. Il est l’aîné des garçons d’une fratrie de six enfants. En raison de son âge au moment du départ, 44 ans, il est plausible que c’est lui qui entraîne Vincent, Jean François et Étienne dans l’aventure californienne. Vincent Marie Chaix naît le 5 août 1830 d’un père charpentier – Jean-Baptiste Chaix – et d’une mère cultivatrice – Catherine Didier et demeure le cinquième enfant d’une fratrie de onze. Enfin, Jean François Arnaud naît le 24 mai 1831 et est aussi, comme Jacques et Étienne, l’aîné des garçons dans une fratrie de huit enfants [2]. Vincent Arnaud et Anne Guille – ses parents – sont, sans surprise, cultivateurs à Saint-Sorlin.

Ce sont certainement les seuls Mauriennais à embarquer ce 23 octobre 1858, au Havre, lesquels sont par ailleurs désignés comme étant Italiens. À leurs côtés, des Français bien sûr, mais aussi des Allemands, des Italiens de l’île de Sardaigne, quelques Américains, des hommes seuls, des couples et aussi quelques familles [3], au total 215 passagers tous réunis pour une traversée de l’Atlantique de plus d’un mois.

Dès son arrivée à la Nouvelle-Orléans, le capitaine du navire recense tous les passagers. Parmi les 215 personnes, se trouvent Jacques Balmain, Vincent Chaix, Jean François Arnaud et Étienne Brunet. En 1858, la Savoie n’est pas encore française et c’est sans doute ce qui explique la raison de la mention, approximative, du capitaine quand il désigne leur pays d’origine : l’Italie… Qui n’existe d’ailleurs encore pas en 1858 !

6

5 décembre 1858, l’entrée sur le territoire américain se fait par la Nouvelle-Orléans, en Louisiane, sur la côte est des États-Unis, jadis partie intégrante de la Nouvelle-France. Quel est l’état d’esprit des quatre Mauriennais ? Sans doute un mélange de fatigue, d’excitation et de surprise. En 1860, d’après l’étude du recensement de la même année par Jacques Houdaille [4], 4039 personnes – dont une majorité d’hommes – habitant la Nouvelle-Orléans sont natifs de France [5], sur une population globale d’une centaine de milliers de personnes. Difficile d’imaginer qu’Étienne, Jacques, Vincent et Jean François soient anglophones à leur arrivée aux États-Unis ; se dirigent-ils vers le Vieux carré, quartier français au centre historique de la ville ? Aussi voient-ils certainement de leurs propres yeux le commerce d’esclaves pourtant officiellement interdite depuis une loi de 1807.

CHAPITRE III – LA VIE EN CALIFORNIE

7

Déclarés farmers – cultivateurs – sur la liste de passagers, ce n’est sans doute pas en ville qu’ils comptent de toute façon rester. Le 8 juin 1860, au moment du recensement de la population de Californie, nous retrouvons Étienne, Vincent et Jean François en Californie, dans le comté de Stanislaus, non loin de La Grange [6]. Aucune trace en revanche de Jacques Balmain.

Construite à l’origine par des pionniers Français qui auraient trouvé de l’or après avoir sillonné en bateau la Tuolumne River, La Grange – à l’origine appelée French Bar – est un petit village situé à plusieurs dizaines de kilomètres à l’est de Modesto, siège du comté de Stanislaus.

En moins d’un an et demi, Étienne, Jean François et Vincent ont traversé les États-Unis d’est en ouest. Pas moins de 3000 kilomètres séparent les deux régions. Deux possibilités : soit ils reprennent le bateau et rejoignent la Californie par voie maritime en passant par le Panama, soit ils effectuent le voyage en band wagon – en diligence – par voie terrestre, le train n’existant évidemment pas en 1860. Jusqu’à la mise en place du Pony Express en avril 1860, l’ouest américain est encore largement isolé de l’est du territoire américain. [7] Ce service postal ne reste en place toutefois que peu de temps puisqu’il disparaît en octobre 1861 car insuffisamment rentable. L’acheminement du courrier s’effectue alors en diligence et est pris en charge par des sociétés comme la Butterfield Overland Mail.

En case 108, nous retrouvons bien Vincent “Schaix” et Frank “Arnaux” ; à côté, seul, c’est bien Étienne Brunet qui est mentionné…

 

Le recensement de 1860 en Californie mentionne donc Étienne, Vincent et Jean François [8], le premier vivant seul à côté des deux suivants. Les trois sont déclarés comme étant Sardinian – Sardes. Dans la zone où ils se trouvent, de nombreux Français et autres Sardes, sachant qu’il est impossible de distinguer s’il s’agit de Sardes de l’île de Sardaigne, ou de Sardes « Savoyards ». Quoiqu’il en soit, les trois Mauriennais sont désormais Français depuis le Traité de Turin du 24 mars 1860 qui officialise le rattachement du duché de Savoie et du comté de Nice à la France.

Les trois sont déclarés miners – mineurs, tous certainement à la recherche du métal jaune précieux. Autant dire qu’à cette date, aucun des trois n’a beaucoup de chance : l’officier chargé du recensement estime la valeur des biens immobiliers et personnels de chaque ménage qu’il visite : celui de Vincent et Jean François représente 5 dollars en biens immobiliers, celui d’Etienne 8 [9], aucune valeur personnelle n’est indiquée. Pour comparaison, à côté d’Etienne, vit Félix Noël, un Français, seul dans son ménage : l’officier indique 50 dollars en value of real estate et 400 en value of property estate. [10]

En fin d’année 1864, Vincent Chaix n’est plus en Amérique comme en témoigne une lettre d’Étienne, la première datée que nous avons à disposition. Elle est écrite depuis San Francisco, le 1er décembre 1864, comme en témoigne d’ailleurs le poinçon « SF » en haut à gauche de la feuille de papier sur laquelle écrit Étienne[11].

.L’orthographe est parfois très approximative. Pour exemple, le mot “lettre”, écrit “laittres”… Coll. familiale, tous droits réservés.

St Francisco ce 1 decembre 1864

Mes biens chers parents
père et mere frere et cœurs [sœurs]

Je me hatte en ce jour de repondre a vos deux laittres
que je vien de recevoir yer [hier] 30 septembre 1864
la premiere comme la segonde ayent ette arraite
parles indien seur [sur] la malle overlande qui passe par terre
qui ont ette aublige [obligé de] revenir a noyork pour passer par mer
le nombres des laittres en retard était de 100 : mille [100 000]
de manière qu’il n y a de negligeance ni de votre cotte [côté] ni du
mien :                   mes chers parents j’aprand avec
beaucoup de paine les reverts qui vous sont arrive [arrivés] en juliet [juillet]
Cette une perte il est vraix mais il faut espere qu’avec le
temps qu’elle se guerira   il ne faudrait pas pour un mulet
serait il même deux se chagriner pour cela les jumian [juments]
en font encor des autres    puis apraix [après] tout ce la n’avance
à rien dutout   si c’est [rature] tel que vous me le marquer dans
vos deux laittres randons grase [grâce] a l’aitre supraime de nous [rature]
avoir conserve la santé a chacun de nous et je muni [m’unis] a vous
tous pour que nous lui demendions d’un cœur sensaire [sincère] de nous
[rature] proteger desorme [désormais] et de nous rassembler [rature] tous ensembles
au plutôt possibles comme nous le desirons en parfaitte sante

J’ais [rature] été traix satisfait de tous les [rature]
[rature] detail que vous m’ave faits dans vos deux laittres dont
[un] peti [rature] billiet, [raturé] Je viens de recevoir je men vais main-
-tenent repondre a quel-que une des quesqu’on [questions] de celle que vous
m’avez ecris en fevrier le 29 1864. J’ecrire sur les compliments
qui mont été fait de tous les parents et amis et speciallement
ceux d’une tante d’un oncle dune marraine apraix ceux de ma
famillie [en soit, raturé] mes enfen j’abraige un peux seur lapresente
mais je leurs rend [rature] atous bien le bon jour et biens des

Lettre du 1er décembre 1864 [2]

Compliments de ma part vous leur dire que jespair
en corre un jour les revoir et leur faire mes compliment en
personne   que je mu ni [m’unis] a eux comme avous pour en demander
a Dieu la grace par une priaire sensaire [sincère]
plus j’ais été assais contemp de savoir ce que vous deviez encorre.
mon cousin Jaques doit partir pour alle au pays pour vous
ramener tous isi voila pour quoi je vous en parle c’est pour que
vous soyez tous prait qu’and il arrivera car il n y restera pas
longtemps il ne senva que pour re voir en corre sa mère ma
tante nous avons resu de c’est nouvelles il ya 2 mois quil avait ecri
d’es ornite [désormais ?] il se porte bien. pour moin [moi] j’ai toujour bricolle de
drote a gauche isi en ville pendan 2 mois jais reste 3 mois en service
dans une maison mentenent je ne sais se que je ferais mentenent
si je partirais pour les mine ou si je resterais isi en ville
pour quand à toi mon bien cher cousen [cousin] Jean fils de François
Je te remercie beaucoup de loffre que m’avais fait en fevrier
dernier je t’au rais lameme aubligation a ce sujet je te fais bien
mes compliment insi [ainsi] qu’a toute la famillie je te soite [souhaite] bonheur et
prosperite dans toutes tes afaire ; Arnaud jouit egalement dune
bonne sante et [travaillie ?] toujour de s’on etat    isi il vous prie
de dire a cest parents qu’and il lui ecrirons de mettre ses
deux nom de baptaime vu quil-y [a] isi des autres Arnaud
mentenent en allant chercher les mienne j’an ai vu une Arnaud
François restaurent et je lui en ais parle il at été pour la
voir. elle ny était plus lors quil y at été et avec les deux
non se serat plus fasille il n-y auras pas crainte dese tromper
vous donnerez bien le bonjour a Chaix Vencent [Vincent] de ma part et de
celle d’Arnaund et en fen [enfin] je vais termine en vous disent de ne
pas vous chagriner. Je vous fai atous bien des compliment et je
desire que la presente vous trouve tous en parfaitte sante père et mere
fere [frère] et cœurs [sœurs] et a tous les parents et ami dans quel-que temps jevou
ecrirais une laittre un peux plus soignie [soignée] que cellesi vu que je
ne sais se que je ferais de orsme [désormais] comme je vous ai di ci desu je
vous embrasse tous d’un cœur sensaire [sincère]. Je sui pour la vie
votre tout de voue [dévoué] fils et frere Brunet Etienne

Lettre du 1er décembre 1864 [en marge]
Si par [rature] foi [parfois] vous autres comme les parents d’arnaud etions [étiez] de cide [décidé] de venir, vous noule [nous le] marquerie [marqueriez]
au plu tôt mes [mais] l’un comme lautre notre ide [idée] ait la meme a cet egard pour lembition de vous revoir au pays
se que vous ne vous y decidie [décidiez] pas de venir isi je vous recommende de ne pas vous chagriner du bien de
la terre

San Francisco au début des années 1860.

D’abord sur le lieu et la date de rédaction de la lettre : Étienne se trouve à San Francisco. Il dit écrire en réponse des lettres reçues le 30 septembre, s’est-il trompé en voulant écrire novembre ? Quoiqu’il en soit, sur les lettres reçues de sa famille justement, il explique qu’elles ont sont arrivées après un retard significatif dû notamment aux « Indiens » qui auraient arrêté la malle de courriers transportée par l’Overland. Avant la complète mise en place des chemins de fer, les attaques indiennes sont monnaie courante dans la mesure où l’Overland franchit en toute impugnité le territoire des autochtones. Pas moins de cent milles lettres sont donc reçues en retard, puisqu’on a ramené celles-ci à New-York, d’où elles sont reparties en bateau, et arrivées donc à San Francisco par voie maritime comme l’explique Étienne.

Après ces explications, le jeune Mauriennais répond, aux désolations de ses parents et notamment la perte de bêtes en juillet 1864 : il se veut rassurant et invoque Dieu non seulement de tous les garder en parfaite santé mais aussi de tous les rassembler : ainsi, ce qui pouvait apparaître comme l’œuvre d’une aventure solitaire se révèle en fait être une aventure qu’Étienne désire familiale. Étienne y revient deux autres fois par la suite : après avoir passé le bonjour et ses amitiés à tous ses proches, il évoque Jacques Balmain, son cousin avec qui il est parti en 1858, qui doit revenir au pays pour sa mère [12], certes, mais aussi, surtout, pour ramener les familles : c’est ce qu’Étienne semble appeler de ses vœux lorsqu’il écrit « […] Jacques doit partir pour aller au pays pour vous ramener tous ici voilà pourquoi je vous en parle c’est pour que vous soyez tous prêts quand il arrivera […] ». Enfin, il enfonce le clou en marge de sa lettre quand il écrit qu’Arnaud et lui, ont la même idée : faire venir leurs familles respectives en Californie. Pour les convaincre, Étienne rassure les siens en leur précisant qu’où il vit, les terres ne manquent pas ; argument ultime quand on sait à quel point les bouts de terre étaient précieux dans un village alpin où, les fratries étaient nombreuses, et où les parcelles de terre n’étaient finalement pas extensibles.

De plus, le fait qu’il se dise satisfait d’avoir reçu des « compliments » de la part de ses proches et « spécialement ceux d’une tante, d’un oncle, d’une marraine, après ceux de ma famille » prouve bien qu’il n’y a pas eu de rupture au moment de son départ de Saint-Sorlin avec ses proches. Tous semblent l’encourager dans son nouveau départ, peut-être par espoir qu’Étienne puisse gagner de l’argent et mettre en sécurité les siens.

Outre le fait qu’il souhaite revoir les siens auprès de lui en Californie, Étienne explique qu’il « bricole » de droite à gauche en ville depuis quelques mois, « en service dans une maison » notamment et qu’il hésite à « partir pour les mines », en réalité repartir puisque, nous l’avons vu, en 1860, il est déclaré comme étant mineur, ou rester en ville. Le reste de la lettre nous donne des indications toutes plus intéressantes les unes que les autres : d’abord, le cousin qu’il remercie – Jean, fils de François – n’est autre que Jean Baptiste Sorlin Brunet (1830-1908), cousin germain de son père : Étienne lui envoie même une lettre, malheureusement non datée, sur laquelle nous reviendrons prochainement ; ensuite, une anecdote sur Jean François Arnaud, qui n’est appelé d’ailleurs que par un seul prénom (comme Jacques par exemple qui s’appelle en réalité Pierre Jacques Balmain) : il s’agit donc bien de lui dans le recensement de 1860, aux côtés de Vincent Chaix, dénommé en effet « Frank Arnaux » – dans une orthographe très approximative – Frank étant la forme anglaise de François.

En fin de lettre, le bonjour conjoint d’Étienne et de Jean François à Vincent Chaix indique que ce dernier n’est déjà plus à leurs côtés en 1864 et qu’il est retourné vivre à Saint-Sorlin-d’Arves. Le retour de Vincent est-il la conséquence directe de son manque de « fortune » constaté lors du recensement ?

Enfin, il faut s’arrêter un instant sur la signature d’Étienne, laquelle demeurera inchangée tout au long de sa correspondance : « Je suis pour la vie », titre de mon roman. S’agit-il d’une simple formule ou est-elle le reflet d’une appartenance quelconque d’Étienne ? Depuis 1855 en effet, La Grange habite une loge d’Oddfellows – terme anglais qui désigne une société amicale, aussi appelée société amicale et pourrait peut-être expliquer l’expression d’Étienne de par l’aspect philosophique qu’elle revêt quoiqu’il faille noter que les Oddfellows, à la différence des loges maçonniques par exemple, sont davantage axés sur le secours mutuel de ses membres et la mutualisation financière que sur les aspects rituels et philosophiques de la franc-maçonnerie. Toutefois, il ne s’agit là que d’une hypothèse. L’expression est peut-être tout simplement d’inspiration religieuse, religion catholique ô combien présente au milieu du XIXe siècle dans un petit village comme Saint-Sorlin-d’Arves.

Suite au prochain épisode…

Notes

[1] GROS, Louis (Chanoine), La Maurienne de 1815 à 1860, Chambéry, 1968, pp.131-132.

[2] À noter que la naissance de Jean François survient entre deux enfants morts-nés, nés et décédés le premier le 10 mars 1830 et le second le 24 août 1834.

[3] La liste de passagers mentionne 187 adultes, 23 enfants et 5 nourrissons.

[4] HOUDAILLE, Jacques, « Les Français à la Nouvelle-Orléans (1850-1860) », Population, vol.51, n°6, pp. 1245-1250. Disponible en ligne via http://www.persee.fr/doc/pop_0032-4663_1996_num_51_6_18508.

[5] Bien que la Savoie soit de nouveau et définitivement rattachée à la France en 1860, l’étude ne concerne donc pas les populations issues des Etats sardes et n’inclut évidemment pas les éventuels migrants qui ont transité par la Nouvelle-Orléans entre 1850 et 1860.

[6] Le recensement fédéral de la population des Etats-Unis de 1860, comme ceux de 1870, 1880, 1900, 1910, 1920, 1930 et 1940 sont disponibles en ligne sur le site Ancestry.fr (en accès payant) et sur le site archives.org (en libre accès).

[7] Sorte de service postal, le Pony Express est un service qui désigne l’acheminement du courrier par des cavaliers qui se relayent tout au long du voyage, à différentes stations. Le premier trajet d’est en ouest a été effectué en 10 jours seulement

[8] Jacques Balmain est visiblement absent : il y a toutefois de fortes chances pour qu’il habite en Californie.

[9] 8 dollars en 1860 correspond à environ 225 dollars actuels, d’après un outil de calcul basé sur une inflation annuelle moyenne d’environ 2% aux Etats-Unis entre 1860 et 2016. Ces données sont évidemment indiquées ici à titre d’ordre d’idée. Source : http://www.in2013dollars.com/1860-dollars-in-2016?amount=8.

[10] Ces données sont toutefois à prendre avec précaution car elles reposent certainement sur du déclaratif.

[11] Les scans des lettres sont disponibles dans le roman que j’ai édité. Afin de ne pas alourdir inutilement cette série d’articles, je ne les joins pas ici. Pour la transcription, tout ce qui est entre crochets est un ajout de ma part. En général, Étienne n’accentue aucun mot, et emploie très peu de ponctuation, d’où des phrases des fois compliquées à lire. Mais à l’oral, la syntaxe des phrases est relativement saine !

[12] Marie Brunet (1787-1864), grande tante d’Étienne, décède le 9 août 1864 à Saint-Sorlin-d’Arves : peut-être que les nouvelles qu’elle avait envoyées n’étaient pas très bonnes, d’où le retour de Jacques en Maurienne ? Quoiqu’il en soit, Jacques, s’il est bien revenu en 1864, est sans doute arrivé trop tard.

Et si vous partagiez cet article ?

2 commentaires

  1. Toujours palpitantes ces recherches, autant que le livre auxquelles elles ont donné vie ! Je m’aperçois que je me pose les mêmes questions que toi. Comment ces paysans quasi illettrés ont été capables de traverser la France à pied, d’embarquer pour une traversée de plusieurs semaines dans des conditions éprouvantes, d’arriver dans un pays dont ils ne connaissaient pas la langue et qu’ils retraversaient d’est en ouest sur 3000 km pour une hypothétique conquête de l’or ? En tout cas, basques, espagnols, béarnais, italiens ou Mauriennais, ils forcent notre admiration !

    1. J’ai en effet d’abord cru qu’ils avaient rejoint Le Havre à pied, mais il est quand même plus probable qu’ils aient rejoint la ville portuaire par voie ferroviaire. Le roman intervient ici, pour combler les lacunes archivistiques… Mais l’intérêt, je trouve, d’un roman et d’une étude historique qui suit, est de permettre de construire une histoire sans l’imposer, en laissant ensuite la possibilité d’imaginer autre chose… C’est en tout cas ce que je me suis employé à faire ! 🙂 Le parcours des migrants force en tout cas l’admiration, je te rejoins totalement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *