Armoiries de la vallée de la Maurienne

D’or à la tour de gueules supportant une aigle éployée de sable aux serres et à la langue de gueules, blason actuel de la vallée de la Maurienne. Source : Wikipédia.

De nombreux Mauriennais arborrent fièrement les armoiries de la vallée mais tiens petite question comme ça : savez-vous seulement d’où cet emblème provient ? Déjà, petit point de vocabulaire : l’héraldique est la science qui consiste à étudier des armoiries. Le blason, contrairement à certains emplois, désigne l’énoncé décrivant des armoiries, comme la partie en italique dans la légende ci-dessus : autrement dit, décrire des armoiries, en héraldique, peut se traduire par le verbe blasonner. Ensuite, comme vous le constatez, il existe des termes spécifiques lorsqu’on pratique l’héraldique. Dans le cas qui nous intéresse, les couleurs jaune, rouge et noir se disent respectivement d’or, de gueules (toujours au pluriel) et de sable. Des spécifités existent aussi dans l’emploi du genre des mots : un aigle s’emploie au féminin, d’où le -ée à la fin du mot « éployée », et oui mon copain, ce n’était pas une faute de frappe !

Sachez enfin que, là encore contrairement aux idées reçues, l’héraldique et surtout le fait d’avoir des armoiries n’est pas l’apanage de la noblesse bien que cette dernière en a largement usé ; en effet, à l’époque médiévale, toutes les couches de la population ont des armes, qu’elles soient familiales ou relatives à des métiers/corporations. Pour plus d’informations sur l’héraldique, je vous renvoie aux références bibliographiques ci-dessous.

Revenons à notre sujet, et aux armoiries de Maurienne. Remontons les siècles et intéressons-nous à la Maison de Savoie, dynastie européenne fameuse, constituée lorsque les pays de Savoie sont intégrés au Saint-Empire romain germanique dans la première moitié de l’an mil. D’où venaient les fondateurs de la Maison de Savoie ? De Maurienne ! Le tout premier comte de Maurienne attesté, Humbert Ier dit « aux Blanches Mains » (v.975-v.1045) porte leblason suivant : d’or à l’aigle de sable.

Portrait d'Humbert Ier dans GUICHERON, Samuel, Histoire généalogique de la royale Maison de Savoie, vol. 1, 1660. Disponible sur gallica.bnf.fr

Portrait et blason d’Humbert Ier dans GUICHERON, Samuel, Histoire généalogique de la royale Maison de Savoie, vol. 1, 1660. Disponible sur gallica.bnf.fr

Et voilà, nous avons déjà l’origine de l’aigle, symbole impérial par excellence, que la Maison de Savoie affiche sans doute en reconnaissance au Saint-Empire romain germanique. Avant d’évoquer les ajouts sur les armes actuelles de la Maurienne, il est intéressant de voir, au fil des siècles, comment l’héraldique est un outil puissant pour légitimer telle ou telle dynastie en la rattachant, grâce à l’iconographie, à des branches prestigieuses. L’héraldique en tant qu’outil politique donc.

Dans un autre ouvrage dont l’auteur nous est inconnu et daté du XVIe siècle, nous trouvons la mention de l’hypothétique père d’Humbert Ier, le légendaire Bérold. Je me permets d’affirmer le légendaire car pour l’heure, les historiens discutent encore de son éventuelle existence.

Armoiries attribuées à Bérold, légendaire premier comte de Maurienne. Source : INCONNU, Armorial colorié de la Maison de Savoie et de ses alliances, depuis Bérold, comte de Maurienne, jusqu'aux enfants de Philippe II, comte de Bresse, et François I, roi de France, son petit-fils, XVIe s. -- Paris, BNF Ms Fr 18982. Disponible sur gallica.bnf.fr

Armoiries attribuées à Bérold, légendaire premier comte de Maurienne. Source : INCONNU, Armorial colorié de la Maison de Savoie et de ses alliances, depuis Bérold, comte de Maurienne, jusqu’aux enfants de Philippe II, comte de Bresse, et François I, roi de France, son petit-fils, XVIe s. — Paris, BNF Ms Fr 18982. Disponible sur gallica.bnf.fr.

Ici, nous retrouvons bien l’aigle avec néanmoins, en son centre, les armes du duc de Saxe. Quel intérêt me direz-vous ? Le duché de Saxe étant aux mains des descendants de Charlemagne depuis le IXe siècle, c’est une manière, pour l’auteur, de rattacher la Maison de Savoie à une lignée prestigieuse. On est au coeur de l’utilisation et l’instrumentalisation politique de l’héraldique. Cet exemple étant loin, très loin, d’être unique dans l’histoire des armoiries des grandes dynasties européennes.

Terminons désormais sur l’ajout d’une tour sur le blason actuel de la vallée de la Maurienne. Certains auteurs datent cet ajout au début du XXe siècle, soit très récemment. Pour autant, à quelques kilomètres de Saint-Jean-de-Maurienne, capitale de la vallée, se trouve une tour, située sur la commune de Le Châtel, que l’on appelle communément « tour de Bérold ». Encore une fois, absolument aucune source historique ne vient créditer l’hypothèse selon laquelle cette tour aurait été la propriété de ce fameux Bérold mais il n’en demeure pas moins qu’on a peut-être une piste sur les raisons de l’ajout d’une tour sur les armoiries de la vallée.

Tour dite de Bérold à Le Châtel près de Saint-Jean-de-Maurienne. En arrière-plan, les aiguilles d'Arves. Crédits : Syndicat du Pays de Maurienne (SPM).

Tour dite de Bérold à Le Châtel près de Saint-Jean-de-Maurienne. Crédits : Syndicat du Pays de Maurienne (SPM).

Si les armoiries de Maurienne demeurent, il est enfin édifiant de constater que la Maison de Savoie, elle, abandonne relativement vite l’aigle d’inspiration germanique pour la croix de Savoie, emblème encore actuel des départements de la Savoie et de la Haute-Savoie. Ceci marque non seulement une volonté d’autonomie par rapport au pouvoir impérial auquel sont soumis la Maurienne et les territoires présents plus tard dans le Duché de Savoie, mais le symbolisme de la croix est aussi une référence directe à la chrétienté. C’est en effet à partir de Boniface de Savoie, dit le Roland (1244-1263) que l’emblème principal de la Maison de Savoie devient exclusivement de gueules avec une croix d’argent.

De gueules avec une croix d’argent, blason de la Maison de Savoie à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle. Source : Wikipédia.

Désormais, vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas !

Références bibliographiques (et loin d’être exhaustives !)

« À chaque famille ses armoiries » (2015, automne), La revue française de Généalogie, n° spécial 41, 66p.

FROGER, Michel, L’Héraldique. Histoire, blasonnement règles, Rennes, Editions Ouest-France, 2012, 128p.

PASTOUREAU Michel, Une histoire symbolique du Moyen Age occidental, Paris, 2014, 484p.