F comme faire payer des gens pour de la généalogie, tu es sûr ?

“Faire payer des gens pour de la généalogie, tu es sûr ?”

C’est LA question fatale, ce que je l’ai entendu celle-là… Bon, c’est une question comme une autre mais finalement absurde quand on y réfléchit.

Premièrement, payer un généalogiste professionnel pour des recherches, c’est payer quelqu’un qui va tout mettre en œuvre pour trouver des réponses à vos questions, va fournir un travail de recherche documentaire, va se déplacer aux Archives, être sur le terrain – eh oui, on n’y pense pas à ça – ou encore va créer des superbes cartes pour illustrer le parcours et la vie trépidantes de vos ancêtres. Qui plus est, en ce qui me concerne en tout cas, je ne m’improvise pas généalogiste mais je suis qualifié pour ça. La classe à Dallas ou pas ?

Puis la généalogie ne se résume pas qu’au simple fait de rechercher ses ancêtres. Retracer l’histoire d’une maison – familiale ou pas, d’un bâtiment particulier – église, chateau, école… – et même industriel, peut éclairer d’une manière inédite une histoire familiale ou peut simplement être un but en soi. Au-delà du service de recherche, faire appel à un généalogiste professionnel sert également à demander des conseils quant à la conservations et l’utilisation d’archives familiales (non, surtout, ne jetez rien de manière désinvolte, pensant que tel ou tel papier est inutile !)

En rédigeant cet article, je ne veux en aucun cas prêcher pour ma paroisse. Là aussi, il faut être clair. Certes, je facture mes services, mais je veux créer un véritable climat de confiance entre le client – vous donc, potentienllement – et moi. Mon objectif premier n’est pas la rentabilité mais bien de servir de pivot à la (re)découverte de votre histoire familiale. N’hésitez pas à prendre contact avec moi pour discuter des services que je propose, y compris de mes tarifs – il n’y a rien de mal à ça.

Si le généalogiste est tenu à une obligation de moyens, pas de résultats – c’est-à-dire que je ne peux pas m’engager à trouver l’introuvable par exemple, je crois que la qualification et l’expérience jouent ici un rôle majeur. De plus, il me paraît essentiel de fournir à celui qui vous paye non seulement un dossier de recherches contenant tout le travail effectué, mais aussi des pistes de recherche futures, un état des sources ainsi que des conseils de recherche afin que ce même client puisse à la fois savoir pourquoi il vous a payé (pas que pour avoir la date de mariage de son grand oncle) mais qu’il puisse aussi reprendre des recherches à partir du travail que j’aurai déjà effectué. La frontière entre généalogistes amateurs et professionnels se situe peut-être ici : la méthodologie et la rigueur scientifiques sont obligatoires dans un cadre professionnel. Ce dernier point ne voulant absolument pas dire qu’un généalogiste amateur est moins rigoureux ou qu’un généalogiste professionnel a la science infuse, qu’on se le dise !

Et puis, enfin, si je vous disais qu’il est même possible de faire appel à moi dans le cadre d’un travail de psychogénéalogie… ? Le pavé dans la mare est lancé, je vous sens interloqué là devant l’écran, calmez-vous, rendez-vous à la lettre suivante !

 

Et si vous partagiez cet article ?

6 commentaires

  1. Il ne me viendrait pas à l’idée de faire appel à un généalogiste professionnel. C’est qu’en réalité pour nous, les amateurs, ou au moins pour tous ceux qui ne se prennent pas trop au sérieux, ce n’est pas tant le résultat qui compte que le plaisir de la découverte.
    Et pourtant, je partage ce que vous dites. A quoi bon aligner des noms et des dates? Il y a tant à découvrir autour.

    1. Vous savez, il ne suffit pas d’être professionnel pour se prendre au sérieux. Malheureusement. Il n’y a aucune différence notoire entre pro et amateurs si ce n’est que le pro gagne sa vie avec ses recherches, du moins essaye. Merci pour le commentaire 🙂

  2. Ouf ! Dans un premier temps, j’ai cru que votre article répondait à mon article de la lettre G qui sera publié demain, sous le titre “Plaidoyer pour une Généalogie Gratuite” ! Heureusement, ce ne sont pas les généalogistes professionnels que j’y vise 🙂

    1. Et je vais même vous dire : je suis pour que la généalogie soit gratuite ! Je le dis d’ailleurs dnas la présentation de mon activité, je pense que la généalogie est un droit pour tous. Être généalogiste professionnel – c’est ma vision, je ne dis pas qu’elle est bonne ou représentative – ce n’est pas considérer que les autres doivent payer pour connaître leur histoire, c’est facturer des heures de recherche là où certain-e-s n’ont peut-être ni le temps ni forcément les compétences adéquates pour mener des recherches. Ni plus, ni moins. Je lirai avec attention votre article de demain et je suis donc certain que j’abonderai dans votre sens 🙂

  3. D’accord avec toi sur cette nuance entre pro et amateur. Pour moi l’approche du professionnel peut faire une différence : patience, temps à consacrer, approche historique, technicité, déplacements… Il y a autant de cas et de motivations qui poussent à faire appel à un généalogiste ou à faire par soi-même. Je pense que comme dans bien d’autres secteurs, l’aspect professionnel est nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.