Le grand jour semble être arrivé. Enfin, le grand jour… Le jour du dévoilement de la couverture et du titre de mon livre, qui paraîtra dans quelques semaines, en janvier 2018. Avant de vous proposer un extrait de mon travail, quelques mots sur le titre : “Je suis pour la vie”. Il s’agit d’une formule qu’employait systématiquement mon grand oncle, Étienne Brunet, en fin de lettre adressée à sa famille restée à Saint-Sorlin-d’Arves. Une formule énigmatique et qui contient à elle seule tous les mystères de son destin et de sa vie. Je salue au passage le travail du service PAO (Mickaël) des éditions Derrier qui a su faire ressortir les mots d’Étienne sur la couverture car le point de départ du projet se trouve bien là, dans les lettres de celui qui a tout quitté pour la Californie.

Par ailleurs, le 23 octobre dernier, je démarrais cette petite série d’épisodes sur les coulisses et l’écriture de ce livre, lequel a mobilisé des jours, des nuits et des heures incalculables de recherches, de discussions et de réflexions. Pourquoi le 23 octobre ? Car, il y a 159 ans, Étienne quittait définitivement l’Europe. Le 5 décembre, il débarquait dans sa nouvelle vie, sur la côte est des États-Unis, au port de la Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Je trouvais ainsi le clin d’oeil sympathique : en quelque sorte, aujourd’hui est aussi pour moi un nouveau départ, une nouvelle aventure qui commence. Celle de la publication de mon travail, celle de l’aboutissement d’un projet de longue haleine et en même temps cette nouvelle aventure est sans doute le point de départ de quelque chose d’autre : le statut d’auteur. Car je compte bien continuer à écrire et publier. Je me le souhaite !

Si malheureusement mon livre ne pourra pas être au pied du sapin vu qu’il sera disponible à la vente en janvier, n’hésitez pas à me dire, en commentaire de cet article, si vous êtes intéressé par l’achat de mon livre, de manière à ce que je puisse faire une sorte de liste de réservation. Il vous sera proposé au tarif de 15€ et paraîtra, je l’ai laissé entendre précédemment, aux éditions Derrier de Saint-Jean-de-Maurienne.

Voici donc… Je remarque que je tarde à finaliser mon article, c’est drôle comme sensation… La couverture de mon livre, suivie d’un court extrait du récit… Dans l’attente de vos réactions !

 

Couverture de mon premier roman, “Je suis pour la vie” écrit à partir de l’histoire extraordinaire d’un de mes grands oncles, Étienne Brunet, parti en 1858 de Saint-Sorlin-d’Arves pour la Californie. Il paraîtra en janvier aux éditions Derrier de Saint-Jean-de-Maurienne et sera proposé au tarif de 15€. Tous droits réservés.

Extrait de mon premier roman, “Je suis pour la vie” – De Saint-Sorlin-d’Arves à la Californie, l’histoire extraordinaire d’Étienne Brunet, à paraître en janvier 2018 aux éditions Derrier de Saint-Jean-de-Maurienne.

5 décembre 1858.

Le jour se lève sur un horizon incroyable. La brume épaisse laisse néanmoins présager la terre ferme. Nous voici donc en Amérique, enfin ! Nous nous prenons dans les bras les uns les
autres, excités que nous sommes à l’idée d’arriver, de poser le pied sur le sol, d’être en vie ! Des scènes surréalistes ont lieu sur le pont supérieur. Une mère agenouillée lève son enfant au Ciel, on dirait même un nouveau-né, semblant remercier Dieu dans une langue que Jacques me dit être de l’allemand.

Le débarquement met du temps à se dérouler. J’observe Jacques discuter avec celui qu’il nous a présenté comme l’homologue de l’agent d’émigration rencontré à Genève. Il règle les derniers papiers sans doute, en témoigne cette poignée de mains ferme, celle qui semble signifier l’adieu. J’observe de loin le capitaine du navire, il me semble que c’est lui, un Irlandais, qui signe les formalités d’entrée dans le port de la Nouvelle-Orléans, le visage enfumé par un cigare déjà bien consumé.

Les affaires des passagers sont déposées à quai. Une grosse malle à nous quatre, nous avons économisé le prix du voyage de cette manière d’après ce que je sais. Pour ma part, quelques habits, un missel, le strict nécessaire. Je ne m’en soucie que très peu. Je songe surtout au privilège que nous avons d’être en vie. Des machines énormes se chargent de sortir du navire ce que je reconnais être des meules de gruyère, des caisses entières d’aliments, de dames-jeannes – sortes de grosses bouteilles servant à conserver des aliments ou des boissons – et d’autres marchandises venues d’Europe. Ce que je me dis à ce moment : nous avons quitté le vieux monde et nous voici désormais dans celui de toutes les promesses.