L’histoire commence au détour d’une recherche sur mes ancêtres lyonnais en août dernier. En fin de table de l’année 1758 dans la paroisse Sainte-Croix, surprise ! Deux anges au regard serein, calme, accompagnés d’un vieillard.

Puis, il y a quelques jours, je retombe sur un nouveau dessin, toujours en fin de table mais cette fois-ci concernant celle de l’année 1756. Après publication sur Twitter, comme je le fais de temps en temps quand je découvre des petits trésors similaires, je repense au dessin d’août et me rend finalement compte qu’il s’agit de la même paroisse, de la même période et… sans doute du même dessinateur.

J’interroge alors la base des Archives municipales de Lyon pour la paroisse Sainte-Croix et je tombe sur une dizaine de dessins, la plupart du temps insérés en fin de table annuelle mais parfois aussi en fin de registre paroissial. Des petits bijoux. Le coup de crayon commence à partir de 1752 et 1753, timidement.

Branches, fin de table annuelle de 1752, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

 

1753

Branches (2), fin de table annuelle de 1753, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

Puis, en 1754, on découvre un premier paysage. Peut-on dire qu’il s’agit là d’une vue de la presqu’île ? En effet, l’ancienne église Sainte-Croix se situait – elle a été partiellement détruite au XIXe siècle – juste à côté de la cathédrale Saint-Jean actuelle, dans le Vieux Lyon, qui borde quasiment la Saône. Serait-ce donc le quai des Célestins ?

1754

Vue du quai des Célestins ?, fin de table annuelle de 1754, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

En 1755, le coup de crayon esquisse deux portraits, celui d’un ange, qui semble regarder vers le Ciel, et celui d’un démon aux cornes de bélier et au regard sombre, imperceptible. Il est intéressant de noter que tout sur le personnage du haut semble s’élever, y compris les cheveux, alors que sur le portrait démoniaque, tout est dirigé vers le bas, jusqu’au bouc en pointe.

1755

Portraits d’un ange et d’un démon, fin de table annuelle de 1755, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

En 1756, retour à un paysage, le coup de crayon semble, comme en 1754, quelque peu hésitant. Le dessin nous montre quelques arbres, dont un particulièrement massif. À gauche, que doit-on deviner ? L’église Sainte-Croix ?

1756

Des arbres et une église, fin de table annuelle de 1756, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

En 1757, le trait est beaucoup plus fourni, plus précis aussi. La croix dessinée sur la porte de l’édifice représenté nous montre certainement une église, un édifice religieux en tout cas, avec un clocher attenant. Pour s’y rendre, un pont, en tout cas ce que l’on imagine comme tel. Tout autour, une nature abondante et riche.

1757

Un pont et une église, fin de table annuelle 1757, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

Je ne reviens pas sur le dessin de 1758, si ce n’est que l’on retrouve bien une similitude des traits de l’ange dessiné en 1755, ce qui laisse supposer qu’il s’agit bien du même auteur.

1758

Deux anges et un père, fin de table annuelle de 1758, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

1759, mon dessin préféré, celui qui me laisse le plus songeur. Je l’ai appelé, sans aucune originalité, Le pêcheur. Vous noterez le double sens. Un homme assis, concentré, tenant fermement sa canne (à deux mains). Devant lui, le strict nécessaire. Entouré d’eau, et d’une nature toujours aussi prégnante, l’homme est positionné au centre de l’image, dans des proportions égales à celles de la végétation. En revanche, la barque, ce qui ressemble à une barque, elle, est étonnamment petite. Je vous laisse être sensible aux éventuels messages que l’auteur a voulu faire passer.

1759

Le pêcheur, fin de table annuelle de 1759, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

En 1760 et 1761, de nouveau un paysage. Le premier montre deux édifices, le premier me fait penser une nouvelle fois à une église. Une nature toujours là, omniprésente et l’eau qu’on devine couler sous la voûte. Le deuxième en revanche est plus démonstratif : un pont, une entrée – celle amenant au Vieux Lyon actuel ? -, des fortifications en arrière-plan, de l’eau, des arbres et même des oiseaux qui partent ou qui arrivent. La tâche derrière l’arbre, sans doute involontaire, rappelle même un semblant de soleil.

1760

Deux édifices, fin de table de 1760, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

1761

Un pont et un arbre, fin de table annuelle de 1761, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

Puis, en 1762, trois portraits. Les Trois Mousquetaires avant l’heure, très en avance – l’oeuvre de Dumas date de 1844 ! Que veut représenter l’auteur ? Nous ne sommes plus dans l’imagerie religieuse, les anges, les démons, la nature, les paysages…

1762

Les Trois Mousquetaires avant l’heure, fin de table annuelle de 1762, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

En 1763, de nouveau un pont, en plan plus rapproché cette fois. Les détails semblent être plus maîtrisés, la nature toujours omniprésente. Pour la première fois, le dessin apparaît en fin de registre paroissial et non en fin de table annuelle.

1763-registre

Un pont de 1763, fin de registre paroissial de 1763, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

1764, l’inspiration s’en est allée, où au contraire est-elle en germe ? Le dessin est casé dans le coin inférieur droit de la page, en toute discrétion.

1764

Un germe, fin de table annuelle de 1764, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

Enfin, car oui toutes les bonnes choses ont une fin, nous retrouvons pour la dernière fois notre artiste en fin d’année 1765. Le dessin ressemble plus à une esquisse : les trois personnages du haut rappellent les Trois Mousquetaires avant l’heure, ceux du bas semblent plus originaux : la lassitude de celui qu’on devine être une sorte d’ange à gauche illustre un dessin qui, pour la première et seule fois, n’abrite aucun élément naturel explicite. Pour la seconde et dernière fois, le dessin apparaît en fin de registre paroissial et non en fin de table annuelle.

1765-registre

Expressions, fin de registre paroissial de 1765, paroisse Sainte-Croix. Source : Archives municipales de Lyon, http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/menu.php

Pour en arriver à rédiger un article, j’avoue avoir été un peu plus qu’interpellé par ces dessins, tous apparaissant entre 1752 et 1765. Dès 1766, on remarque par ailleurs que les tables annuelles ne sont plus tenues par le même auteur si on en juge par l’écriture. Qui était donc cet artiste ? Il est très difficile de le savoir : les dessins ne sont évidemment pas signés, plusieurs écritures se succédent au sein des registres paroissiaux… Après tout, peu importe. La récurence des dessins et leur qualité suffisent largement à calmer mes questions sans grand intérêt. En définitive, il n’est pas tellement rare de tomber sur un petit bout de dessin au coin d’un registre paroissial mais de cette ampleur, avec cette régularité, c’est assez exceptionnel.

N’hésitez pas à partager vos petits trésors dans les commentaires !

J’en profite également pour saluer le travail et la qualité des Archives municipales de Lyon en ligne. C’est un vrai plaisir d’y mener des recherches.

#RDVAncestral n°3 – Charles Chaix (1868-1935)

« T’avais les mains comme des raquettes… » pépé (1).

En évoquant ce #RDVAncestral, va savoir pourquoi j’ai ce titre de Léo en tête. Même si évidemment il n’est pas question ici de chimpanzé. Je ne t’ai jamais connu et pourtant je t’ai souvent observé, tantôt avec fierté, tantôt avec interrogation. Qui étais-tu ? Quelle était ta voix ? Ton visage m’est si familier et pourtant je ne te connais pas. Je te devine à ma façon avec les quelques photos à ma disposition, partiellement et partialement, forcément. Nous portons certes le même nom mais nos trajectoires de vie sont tellement différentes. Si tu savais les siècles d’histoire que j’ai à te raconter, et si nous venions du Dauphiné ? Qu’en penses-tu ?

Tu travaillais la terre, élevais quelques bêtes. Tu tissais le chanvre et étais toujours prêt à rendre service. On se souvient de toi comme étant quelqu’un de généreux mais d’apparence austère : tu en imposais, paraît-il. Tu t’impliquais dans la vie de ton village et avec raison. Plusieurs fois élu au conseil municipal, quel regard porterais-tusur ton pays natal aujourd’hui ? Je n’ose même pas l’imaginer.

Comment étaient tes parents ? Quels rapports entretenais-tu avec les tiens ? Ta belle-famille ? Tes amis ? Et bien sûr tes enfants ? Sur la photo de mariage d’Ernest, ton aîné, tu as fait le déplacement à Paris. Vous avez fait le déplacement puisque Marie Françoise, ton épouse, mon arrière-grand-mère, était là également. Que vous semblez fiers de votre fils ! En même temps, vu comment il s’est débrouillé dans la capitale, épaulé par ses cousins Chaix et Arnaud, tes neveux, il y a de quoi être fier !

Le sens de l’honneur, de la parole donnée, voilà comment je perçois les valeurs que tu prônes, la dignité aussi. Avant que naisse le dernier de tes fils, Maurice – mon grand-père – en 1918, un autre l’a précédé et est décédé en 1919, à l’âge de 4 ans. Où est-il enterré et surtout de quoi est-il mort ?

Mon manque de réserve te surprendra sûrement, mon tutoiement et mon assurance aussi mais que veux-tu, ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre son arrière-grand-père.

Charles, tu portes un prénom pas si commun dans la famille. Je pense ponctuellement à toi, à ton parcours, à qui tu étais. Je feuillette ton livret militaire, fait défiler les photos et la ressemblance avec mon grand-père me frappe toujours. T’avais les mains comme des raquettes du haut de ton mètre 68 et tu avais fini ta vie avec des douleurs articulaires atroces. Mon pauvre grand-père.

Toutes mes questions au fond ne sont que le reflet de ma curiosité généalogique et ne sont pas si importantes que cela.

Alors, dans un regard, je chercherais à te faire sourire et à capter le fond de ton âme. Qui es-tu ?

Charles Chaix (1868-1935) assis devant sa maison du Pré, Saint-Sorlin-d'Arves, fin des années 1920, archives familiales.

Charles Chaix (1868-1935) assis devant sa maison du Pré, Saint-Sorlin-d’Arves, fin des années 1920, archives familiales.

L’essentiel ne se dit pas, il se ressent.

Saint-Sorlin-d’Arves, une journée estivale de la fin des années 1920.

Notes

(1) Léo Ferré, Pépée.

Dans un précédent billet, j’évoquais l’origine des Poizat, branche de mes ancêtres maternels issue du Lyonnais. Aujourd’hui, il convient de s’intéresser aux Blanchard, patronyme de ma grand-mère maternelle, née en 1931 à Palikao, en Algérie.

L’histoire familiale retient par ailleurs que son grand-père, Pierre Prosper Ferdinand Blanchard, fut le premier bébé européen à naître dans ce petit village de l’Oranie, dans l’arrondissement de Mascara, qu’on appelle aujourd’hui Tighennif. 

L’épisode algérien

Comme toutes les branches de mon ascendance maternelle, les premières générations avant moi se localisent en Algérie coloniale. D’abord ma grand-mère, puis mon arrière-grand-père, Denis Ferdinand Blanchard (1903-1992) et enfin son père, que j’évoquais à l’instant. 

Le départ définitif en Algérie se fait a priori au milieu des années 1870. En 1874, une demande de concession de terres à Palikao est faite par Ferdinand Étienne Blanchard, le père de Pierre Prosper Ferdinand. Avec lui, sa femme – Félicie Marie Madeleine Armand – et deux enfants, Marie – 12 ans – et Julie – 6 ans (1). Or, de prime abord, j’ai du mal à croire qu’Étienne puisse avoir une fille de 12 ans puisqu’il s’est marié en 1868. La suite de mes recherches m’aidera finalement à y voir plus clair. 

Les origines hautes-alpines

Tout ce petit monde est originaire des Hautes-Alpes, plus précisément de la vallée de Valgaudemar, située au centre du Massif des Écrins. Le 29 décembre 1868, à Villar-Loubière, Ferdinand Étienne Blanchard et Félicie Marie Madeleine Armand se marient. Lui est né en 1829, elle en 1842. En 1872 (2), le couple vit à Saint-Maurice-en-Valgaudemar avec trois enfants :

  • Marie Julie Justine Blanchard, née en 1869, premier enfant du couple. Elle est présente en 1874 lors du départ en Algérie.
  • Jean Auguste Blanchard, né en 1871 et mort en 1872, âgé de seulement 20 mois.
  • Et… Marie Armand, née en 1863, fille naturelle de Félicie que je retrouve en 1874 lors de la demande de concession.

Première découverte de taille donc, mon ancêtre a eu un enfant naturel avant de se marier avec Étienne Blanchard. En parcourant l’état civil de la commune, j’ai pu reconstituer toute la fratrie :

  1. Marie Philomène Armand, née à Villar-Loubière le 3 août 1863. La naissance est déclarée par le père de Félicie, Noé Armand (1812-1885), lesquels semblent vivre chez Jacques Maussier, grand-père maternel de Félicie. 
  2. Marie Julie Justine, née le 30 septembre 1869 à Saint-Maurice. Je la retrouve ensuite en Algérie où elle se marie avec Guillaume Joseph Barrial et avec lequel elle a une descendance.
  3. Jean Auguste (1871-1872)
  4. Marie Eugénie, née le 30 septembre 1872 à Saint-Maurice. Je m’étonne de ne la retrouver ni en Algérie, ni dans les actes de décès de Saint-Maurice. Je présume cependant qu’elle meurt avant 1874.
  5. Magdeleine Philomène, née le 7 juillet 1874 à Saint-Maurice. Même réflexion que Marie Eugénie.
  6. Pierre Prosper Ferdinand, mon AAGP, né le 4 mai 1876 à Palikao.
  7. Pierre Adolphe, né le 29 juin 1879 à Palikao. Il se marie en Algérie et a une descendance.
  8. Emilie, enfin, née en 1882 à Palikao et que je retrouve dans le recensement de Palikao en 1906 et qui vit avec son père, son frère Pierre Prosper Ferdinand et ses neveux et nièces dont mon AGP Denis. Je ne pense pas qu’elle se soit mariée ni même qu’elle ait eu une descendance.

Les raisons du départ

Étienne Blanchard est cultivateur, issu d’une famille modeste des Hautes-Alpes. Né en 1829, il est le septième d’une fratrie de dix. Pour autant, Étienne est rapidement le seul garçon de la fratrie : son frère aîné, Jean Pierre Blanchard décède en 1840 et le plus jeune, Joseph, meurt à un an en 1835. En 1866, lors du recensement de la population de Saint-Maurice, Etienne vit avec sa soeur Apolonie, de deux ans son aînée. Dans ce contexte, j’imagine un départ lié à une nécessité économique.

À ce stade des recherches, je m’étonne de constater que tous les hommes ayant migré dans mon ascendance, portent en général le prénom d’Étienne : Étienne Fourcade, Étienne Blanchard, Étienne Brunet… 

Au moment de son départ, les parents d’Étienne sont déjà décédés : le père, Jean Jacques Blanchard, le 2 avril 1862 et sa mère, Marie Françoise Gueydan, le 5 mai 1863, tous deux à Saint-Maurice. Dernier de sa fratrie, Jean Jacques est le fils de Jacques et de Catherine Vincent.

Liane Foly, un cousinage inédit

Mais que vient faire Liane Foly dans cet article ? Il se trouve que le grand-père maternel de Jacques Blanchard est aussi l’ancêtre de la chanteuse ! Plus précisément, Bonaventure Dumas (1697-1767), mon sosa n°898 est son sosa n°546. Fait plus intéressant encore, les ancêtres de Liane Foly, originaires de Villar-Loubière comme les miens, vont aussi migrer en Algérie au XIXe siècle. Sans doute se connaissaient-ils tous. 

Synthèse de l’ascendance Blanchard

Matthieu Blanchard

|

Jean Blanchard, marié en 1749 à Magdelaine Dumas (1727-1787)

|

Jacques Blanchard (1757-1811)

|

Jean Jacques Blanchard (1794-1862)

|

Ferdinand Étienne Blanchard (1829-après 1901)

|

Pierre Prosper Ferdinand Blanchard (1876-après 1931)

|

Denis Ferdinand Blanchard (1903-1992)

|

Sabine Blanchard (1931- )

|

Ma mère

|

Moi

 

ferdinand-blanchard-zouave

Pierre Prosper Ferdinand Blanchard, mon AAGP. Archives familiales.

 

Mariage de Denis Blanchard et Eliane Rouquayrol, mes AGP, en 1931 à Palikao. Archives familiales.

Mariage de Denis Blanchard et Eliane Rouquayrol, mes AGP, en 1931 à Palikao. Archives familiales.

Lorsque je me suis rendu à Saint-Maurice (Hautes-Alpes) sur les traces de mes ancêtres Blanchard, j’ai eu le plaisir de découvrir le tilleul tricentenaire de la commune. En écrivant cet article, j’apprends que l’arbre a cédé en début d’année 2016 à cause du vent !

Tilleul tricentenaire de la commune de Saint-Maurice (Hautes-Alpes), 2010, archives familiales.

Tilleul tricentenaire de la commune de Saint-Maurice (Hautes-Alpes), 2010, archives familiales.

Blanchard, un sobriquet péjoratif ?

D’après Robert Gabion, Blanchard pourrait être “un nom d’origine germanique (blank-, brillant, clair + hard, dur, fort), ou peut-être sobriquets péjoratifs du patronyme Blanc.” (3)

J’opterai plus pour la deuxième hypothèse. 

Sources

(1) ANOM, Aix-en-Provence, demande de concession de terres à Palikao d’après le relevé établi par Généalogie Algérie Maroc Tunisie (GAMT)

(2) Archives départementales des Hautes-Alpes en ligne, Listes nominatives, 1872, 6 M 282/11 – Saint-Maurice-en-Valgaudemar.

(3) D’après GABION, Robert, Dictionnaire des noms de familles de Savoie, Haute-Savoie, canton de Genève (partie), Montmélian, La Fontaine de Siloé, 2011, p.151.

L’histoire commence avec une carte postale ancienne retrouvée dans les archives familiales. Sergent Arnaud, qui es-tu ?

Expt. Sergent Arnaud 13e ch. 11e cie Modane, Savoie.

Modane le 8-8-16

Bien cher oncle, tante, cousins et cousines,

Me voici à Modane de nouveaux . Tout va bien pour le moment. J’espère que vous irez bien également et que mon cousin Ernest sera bien rentré. Recevez de votre neveu et cousin ses meilleurs souvenirs.

C.Arnaud”

Les cousins Arnaud, mon grand-père en parlait de temps en temps. Sa tante paternelle, Jeanne Marie Célestine Chaix, s’était en effet mariée en 1883 avec Henri Victorin Arnaud. Entre 1884 et 1899, pas moins de six enfants : quatre garçons, deux filles. Écart d’âge avec la fratrie de mon grand-père qui s’étale, elle, de 1897 à 1924. Les cousins Arnaud, ce sont ceux de Paris, cafetiers comme la plupart de ceux qui ont tenté l’aventure dans la capitale. Mais avant l’aventure, la guerre.

  • Albert Henri François Victorin (1884-1965), l’aîné, n’y laisse pas sa peau.

 

  • Charles Eugène Henri Jean Marie (1886-1961), lui, est blessé le 9 mai 1915 à Souchez (Pas-de-Calais) par balle au niveau de la fosse sus épineuse (omoplate) gauche et du bras. Son dossier miltaire précise simplement : “infection” et “atteint de troubles psychiques le 10 juin 1917 dans la région de Chateau-Thierry.”Comme beaucoup de Poilus, la guerre laisse des séquelles. Cela étant, il se marie en 1919 à Paris et exerce, sa vie durant, la profession de marchand de vins.

 

  • Aristide Henri Victorin (1889-1918) n’a pas la chance de revenir du front. Nommé sergent, comme son frère qui écrit en 1916, il décède dans la région de Mailly-Raineval le 18 avril 1918. Mort pour la France, donc.

 

  • Charles Jean Marie Albert (1891-1965), enfin, le plus jeune des garçons de la fratrie. Incorporé d’abord au 11e bataillon de Chasseurs à pied le 1er octobre 1912 (1), il est nommé caporal le 8 novembre 1913. Le 2 août 1914, il est déjà sur le front. Nommé sergent le 14 août, il est blessé à Ban-de-Sapt (Vosges) par “balle aux testicules”. Le 2 février 1915, il passe au 13e bataillon de Chasseurs alpins et retrouve les combats. Jusqu’au 21 septembre 1915 où il est de nouveau blessé, à Wesserling (Haut-Rhin), par “éclat d’obus au genou droit”. Le 8 août 1916, il écrit donc à son oncle et sa tante, Charles et Marie Françoise Chaix, mes arrière-grands-parents, depuis Modane. À cette date, Charles est déjà marié ! Il est passé devant le maire en avril 1916 dans le 11e arrondissement de Paris. Le 4 février 1917, il est incorporé au 32e bataillon de Chasseurs alpins et retrouve, encore, la guerre. Le 28 mars 1918, au  Plessier (Somme), il est, pour la troisième fois, blessé par “balle à l’orbite gauche” : son dossier précise qu’il n’est pas évacué. Le 7 octobre de la même année, il est nommé adjudant. Le certificat de bonne conduite lui est évidemment accordé ; il est rappelé à l’activité le 24 août 1939 en tant que “personnel de remplacement” mais définivitement dégagé d’obligations militaires le 15 octobre 1940.

 

Après la guerre de 14 et jusqu’en 1925, Charles fait des allers-retours entre Paris et Saint-Sorlin-d’Arves, d’où il est natif. Il exerce la profession de garçon de café. À partir de 1925, il s’installe à Chambéry, plus précisément sur les Monts situés sur les hauteurs de la capitale savoyarde. Il acquiert un café route de Bassens, aujourd’hui quai Charles Ravet. Les affaires tournent bien. Il cède son commerce à son neveu, Édouard, frère de mon grand-père et habite désormais en Isère, avec sa femme. En 1960, il est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur. Il décède le 11 février 1965 à Chapareillan (Isère).

En lisant son dossier de membre de l’ordre national de la Légion d’honneur, je reste perplexe. Si je n’apprends rien de particulier, j’ai l’occasion de lire les citations dont il a fait l’objet par rapport à son engagement dans la guerre de 14, où, je le rappelle, il fut blessé trois fois.

Cité à l’ordre de la Division n°32 du 12.3.15 :

S/Officier d’une grande valeur ; grâce à son sang-froid, a pu enrayer une contre-attaque malgré un feu violent d’Infanterie et de bombes en maintenant une demi-section sur la position conquise”.

Cité à l’ordre de la Division n°92 du 17.8.15 :

“Bon S/Officier, plein de sang-froid et de courage ; a contribué à arrêter une contre-attaque ennemie en mettant ses pièces en batterie.”

Cité à l’ordre du Bataillon n°142 du 29.4.18 :

“Chef de section très courageux ; a fait preuve de sang-froid aux combats du 28 mars, au cours desquels il a été blessé”.

Croix de guerre – 2 étoiles d’argent – 1 étoile de bronze.

Médaille militaire – Décret du 29.12.1924 – J.O. du 1.1.1925″ (2)

Certes, il n’a pas manqué de sang froid, mais à quel prix ? À l’heure où on commémore le centenaire de la Grande guerre, j’ai du mal à me contenter de ces reconnaissances et autres médailles. Charles a perdu un frère ! Dans ma famille, plusieurs morts, de nombreux blessés. Pour qui et pourquoi ? J’ai en effet du mal à imaginer la fierté et l’honneur que ces hommes ont peut-être ressentis à combattre contre “l’ennemi”. Évidemment, je mesure l’immense courage. Je me doute surtout qu’ils n’avaient pas le choix. D’ailleurs, jamais ils ne se sont et se seraient vantés de quelque gloire que ce soit. Cette nomination à l’ordre national de la Légion d’honneur, je n’en avais jamais entendu parlé avant mes recherches. C’est donc à la mémoire de ce Charles Arnaud, que j’ai connu grâce à une banale carte postale retrouvée, que je rédige cet article. Derrière des mots simples, j’ai découvert une vie que je ne soupçonnais pas.

Carte postale envoyée par Charles Arnaud, le 8 août 1916, archives familiales. En pleine guerre, une image des écoles. La rature. Et la rature enfantine de mon grand-père Maurice, sûrement loin de se douter dans quel contexte elle fut écrite.

Carte postale envoyée par Charles Arnaud, le 8 août 1916, archives familiales. En pleine guerre, une image des écoles. Et la signature enfantine de mon grand-père Maurice, sûrement loin de se douter dans quel contexte elle fut écrite.

Sources

(1) AD de la Savoie en ligne, 1R 208, vue 165/627

(2) Base Léonore (en ligne), Extrait du dossier de membre de l’ordre national de la Légion d’honneur de Charles Arnaud, vue 12/13, cote 19800035/627/72537, Archives nationales ; site de Fontainebleau.