La rentrée au mois d’août, ça pique toujours un peu. Courage à celles et ceux qui reprennent le chemin du boulot et qui laissent derrière eux les vacances, la plage, les longues nuits estivales, les balades… Pour ma part, en cette semaine de rentrée, j’avais envie de faire un point sur mon activité, mes projets et plus globalement sur mon actualité.

Un passage radio et une rubrique mensuelle dans la presse écrite

Commençons par les médias : l’événement marquant de l’été a sans doute été mon passage sur France Bleu Pays de Savoie dans l’émission Les Experts vendredi 5 août. Invité par Serge Carbonell, que je remercie encore au passage, pour causer généalogie, j’ai été très content de pouvoir m’y exprimer ainsi que de répondre aux questions des auditrices et auditeurs. Le podcast est toujours disponible ici. Ce n’est pas exclu que l’expérience se renouvelle, à suivre…

En cette rentrée, j’ai le plaisir aussi de signer une rubrique mensuelle de généalogie dans l’hebdomadaire local La Maurienne. Tous les premiers jeudis de chaque mois donc, vous découvrirez une partie de mes recherches à travers réflexions, biographies et autres histoires de mon Grenier. Rendez-vous demain 1er septembre pour la première !

La planète généalogie sur Internet…

En 2014, j’avais eu l’occasion de répondre aux questions d’Elisabeth Zetland, de MyHeritage. Un nouvel entretien est paru dans le courant du mois d’août et je l’en remercie au passage.

On s’est connus sur les bancs de la fac en Histoire, il est désormais traducteur en freelance et amateur de photo, je vous propose de vous évader sur son le tout nouveau blog de Sébastien Cutaia, qui mêle photographies de voyage et histoire. En cette rentrée, on a besoin de jolis paysages !

En parlant d’autres blogs, je signale celui d’Aliénor Samuel-Hervé, Le temps s’en mêle, créé lui aussi dans le courant de l’été et qui propose, outre des articles généalogiques de qualité, une veille hebdomadaire de la planète généalogie sur Internet. Le rendez-vous est donné tous les vendredis, si cela vous tente…

La génétique en généalogie, ça vous parle ? Si l’envie d’étudier votre ADN vous vient, je vous conseille de suivre les aventures de Brigitte et Marion, deux généalogistes passionnées et passionnantes, qui vous permettront de voir concrétement comment utiliser des résultats de tests avec un travail de généalogie.

La part belle aux réseaux sociaux

Si vous souhaitez suivre l’actualité généalogique et les innombrables blogs de généalogie, je vous invite à rejoindre la communauté via Twitter (@grenierancetres) où vous serez très bien accueillis et même sur Facebook. Pour les généanautes, n’hésitez pas à laisser en commentaire le nom et le lien de votre blog !

Les projets en cours

Ils sont nombreux !

Déjà la tenue à jour de mon blog. Je suis content de voir que la trilogie d’articles (+1 qui s’est ajouté) sur les Rodier ait plu. Je compte renouveller la formule sur d’autres branches. Par ailleurs, le blog cartonne et j’ai battu, au mois d’août, à peu près tous les records de fréquentation de mon jeune site avec près de 1500 visites pour environ 800 visiteurs uniques et pas moins de 2800 pages vues ! Depuis la création de mon site, je totalise environ 5000 visites pour 2500 visiteurs uniques et près de 10 000 pages vues ! Ainsi, en moyenne et par mois, mon Grenier reçoit 1200-1250 visites. Voilà pour le point stats : merci, merci et encore merci

J’ai lancé une possibilité de financement participatif sur Tipeee pour tenter un nouveau canal de rémunération et permettre aux gens qui me suivent (et pas que d’ailleurs) et qui le souhaitent de me soutenir financièrement. Je ne reviens pas sur le pourquoi du comment, tout est dit ici et .

Mon livre. Celles et ceux qui ne me suivent pas depuis longtemps ne le savent peut-être pas mais j’ai pour projet de publier un livre sur l’histoire extraordinaire de deux grands oncles, Etienne et Joseph Brunet, partis en Californie dans la seconde moitié du XIXe siècle. Originaires de Saint-Sorlin-d’Arves, j’ai reconstitué et continue de retracer leurs destins et leurs aventures. J’espère pouvoir me rendre aux Etats-Unis dans le courant de l’année 2017 voire en 2018 et seulement après je finaliserai l’écriture du livre. Aller là-bas semble indispensable car tout n’est pas en ligne et je rêve de pouvoir mettre les pieds là où mes grands oncles l’ont fait il y a de cela plus d’un siècle. Autour de ce voyage, je prévois quelques petites choses mais j’en parlerai en temps et en heure.

Vous connaissez tous le rendez-vous annuel des généanautes : le Challenge AZ. Cet été, sur Twitter, j’ai posé la question suivante : et si vous aviez la possibilité de passer un moment avec un-e de vos ancêtres, ce serait qui et pour quelles raisons ? Ayant eu beaucoup de retours, et si on lançait un nouveau hashtag sur ce thème avec une publication mensuelle sur nos blogs respectifs ? L’idée ici est de mêler généalogie et littérature : la forme est libre, vous traversez les époques pour vous rendre en telle année ou à telle époque avec tel ancêtre ! Ceci permettant justement de mélanger récit personnel et récit généalogique. Si vous êtes partant-e, manifestez-vous et, le cas échéant, je partirai seul dans ce thème car j’ai plein d’idées. #RDVAncestral pourrait être le hashtag, qu’en pensez-vous ?

Le reste des projets en cours concernent essentiellement des projets de recherche : parmi eux, l’idée folle de mettre la main sur la correspondance de mon arrière grand-mère qu’elle entretenait avec sa cousine Marcelle Rodier épouse Chamayou. C’est cette même Marcelle qui a rédigé le livret dont je parle dans mes articles. Décédée à la fin des années 1980, je sais qu’elle était plus âgée que mon AGM (qui est née en 1909), qu’elle vivait à Montpellier, qu’elle avait deux enfants – Hubert et Roland – et une petite-fille, Hélène. Si j’ai à ma disposition les lettres de Marcelle, je serai ravi de pouvoir jeter un oeil à celles de mon AGM. Je lance donc cette petite bouteille à la mer, sait-on jamais…

Sur ce, bonne rentrée à tous que je vous souhaite heureuse, tendre et évidemment généalogique !

« Quand il n’y en a plus, il y en a encore… » : en généalogie, prononcer ce proverbe revient à dire que l’eau est mouillée tant c’est évident !

Un acte de mariage, et de nouvelles pistes

Grâce à la correspondance que j’entretiens avec Adrien, un cousin de la branche Rodier, j’ai découvert un acte de mariage étonnant à Carry-le-Rouet, dans les Bouches-du-Rhône. En effet, le 22 Thermidor an III – 9 août 1795, Pierre Rodier se marie à Thérèse Geneviève Joséphine Fouques. Pour rappel, Pierre Rodier est le petit-fils de Pierre de Ferrières. La cousine de mon arrière grand-mère ne mentionne même pas l’union du couple par, je pense, manque de source. L’acte de mariage, malgré une orthographe extraordinairement hasardeuse, nous révèle beaucoup d’informations intéressantes.

Je sais que ce Pierre Rodier décède en 1848 à Cassagnas et que son acte de décès mentionne un âge le faisant naître en 1772. Eh bien, l’acte de mariage nous confirme cela en nous indiquant qu’il naît le 27 novembre 1772. Le lieu de naissance ? « Arpaon » : d’emblée, cela ne me dit rien mais après discussion avec Adrien, qui connaît mieux que moi les Cévennes, la piste de Saint-Julien-d’Arpaon, en Lozère, est avancée. La commune se situe entre Florac et Cassagnas, à même pas 10 kilomètres au nord-ouest de cette dernière. D’après l’acte, son père, Pierre Rodier – travailleur – et sa mère, Jeanne Martin, y résident. Pour autant, aucun indice confirmant leur présence entre 1772 et 1795 n’a été retrouvé dans les registres paroissiaux de la commune de Saint-Julien, les registres protestants n’étant pas disponibles pour cette période.

Environ 200km séparent Saint-Julien-d'Arpaon et Carry-le-Rouet. Source : Google Maps

Environ 200km séparent Saint-Julien-d’Arpaon et Carry-le-Rouet. Source : Google Maps

Mais qu’est venu faire Pierre Rodier dans les Bouches-du-Rhône ? Au moment de son mariage, il est dit que Pierre est « canonnier volontaire du premier bataillon de la Lozère […] en garnison dans la commune de Carry […] » Pour une découverte, c’est une découverte !

Pierre Rodier fait donc partie de ses volontaires nationaux engagés dans l’armée au sortir de la Révolution afin d’en défendre les acquis face à une coalition contre la France et la menace d’une guerre. Malheureusement, je n’ai que peu de chances de retrouver une éventuelle liste de volontaires aux Archives départementales de la Lozère. Comme le souligne l’historien Jean-Paul Bertaud, moderniste spécialisé dans l’histoire militaire de la Révolution et professeur émérite à la Sorbonne :

Le 5 mai 1792, Lacuée [président de l’Assemblée] présentait un rapport sur les volontaires et, bien avant le décret fameux du 23 août 1793 [à cette date, la Convention décide la levée de 300 000 hommes célibataires ou veufs âgés de 18 à 25 ans], il envisageait une « levée en masse » pour une guerre révolutionnaire qui devait avoir pour devise : « la liberté ou la mort ».

[…]

La création de 31 nouveaux bataillons de volontaires fut décidée. 20 d’entre eux seraient levés dans 10 départements qui n’avaient pas encore été admis à fournir un contingent en 1791 : le Cantal, l’Aveyron, le Tarn, le Lot, le Lot-et-Garonne, l’Ardèche, la Lozère, le Gers, la Dordogne et la Haute-Loire. […] Sur cette levée, devaient être pris des hommes qui seraient incorporés dans les bataillons de 1791 que l’on désirait porter de 570 à 800 hommes. Cette décision embarasse le chercheur qui ne retrouve pas ces recrues dans les archives locales, les cherche avec difficulté toujours, déception parfois dans des registres de contrôle incomplets. »

BERTAUD, Jean-Paul. Enquête sur les Volontaires de 1792, dans Annales historiques de la Révolution française, n°272, 1988. p.152. Article en ligne sur Persee.

Ainsi, difficile de savoir de quelle manière s’est engagé Pierre. Le 1er bataillon de Lozère est par ailleurs formé le 8 août 1792.

L’après mariage

Mais que devient alors le couple après le mariage ? En 1796, le premier enfant du couple, Pierre (mon Sosa n°124) naît, selon la mémoire familiale, à Saint-André-de-Lancize, dans le hameau des Ayres. Or, aucune trace de sa naissance dans les registres de la commune en 1796. Je cherche du côté de Carry-le-Rouet, rien non plus. Je me dirige donc vers Martigues, commune d’origine de sa mère… Rien non plus.

Le deuxième enfant ne naît pas moins de 13 ans plus tard, en 1809 et à Alès, dans le Gard. Jusque là, je pensais qu’il s’agissait d’un écart anormal, que d’autres naissances avaient certainement dû se produire mais à la lumière de cette découverte et maintenant que je sais que Pierre est engagé volontaire à cette période, il se peut qu’il ait été absent pendant tout ce temps. Donc deux recherches à mener encore : la première, retrouver la naissance du fils aîné, Pierre et par là même, cela m’aidera peut-être à comprendre pourquoi le deuxième – et le troisième d’ailleurs – enfants du couple naissent à Alès ; me pencher sur le parcours militaire de Pierre entre 1792 et 1808 et que j’essaye d’en reconstituer les grandes lignes.

L’écho à une autre découverte

En 1817, Pierre Rodier, l’aîné du couple Rodier-Fouques, se marie à Saint-André-de-Lancize et une autre découverte que j’avais faite il y a de cela quelques années maintenant me revient en mémoire et résonne comme un écho à la découverte que je viens de faire. En effet, du couple Rodier-Sirven naissent huit enfants, dont le cinquième, Calixte Victor, parti en Algérie dans les années 1850. Or, le premier de la fratrie s’appelle Damacé Pierre et est, lui aussi, parti et… mort en Algérie. Au hasard des registres de la commune de Cassagnas, je trouve en février 1841 la transcription de son décès, que je vous restitue ici :

Du registre des décès du dit hôpital [Hôpital militaire d’Oran] a été extrait ce qui suit : Le sieur Rodier Damacé, fusiller à la 5ème Compagnie du 4ème bataillon du 41ème Régiment de ligne immatriculé sous le n°11360 […] né le 11 décembre 1817 à Saint-André-de-Lancize […] fils de Pierre et de Rozalie [à cette date, la mère de Damacé est décédée depuis 4 ans déjà] Sirvain, est entré au dit hôpital le cinq du mois de novembre de l’an 1840 et y est décédé le douze du mois de novembre 1840 à midi par suite de dysenterie »

Source : AD de la Lozère en ligne, 4E 036/6, naissances, mariages, publications de mariage, décès (1838-1850), vue 80/320.

Le 41e régiment de ligne auquel il appartient s’embarque pour Alger fin septembre 1839. En mai 1840, Damacé a certainement participé à l’expédition et l’occupation de Médéa par les troupes françaises. À cette époque, la conquête de l’Algérie se heurte à la résistance des populations arabes dirigées par l’émir Abd-el-Kader qui créé un Etat à l’ouest du territoire algérien. Damacé meurt finalement en novembre par suite de dysenterie, maladie infectieuse du côlon – quelle ironie du sort ! – qui se caractérise par une diarhée abondante accompagnée de crampes abdominales… bref, je vous en passe les détails.

Calixte a 13 ans lorsque son frère aîné meurt. J’ai du mal à imaginer qu’il ne sait pas, au moment où il s’embarque pour l’Algérie, que l’un de ses frères est mort durant les guerres de conquête.

Les pistes de recherche se multiplient

Comme je l’ai dit précédemment, les pistes de recherche se multiplient, de fait, depuis que que j’ai fait cette découverte. Dans un premier temps, il conviendra de s’intéresser au parcours militaire de Pierre entre 1792 et 1808 – a-t-il participé aux guerres napoléoniennes ? Ensuite, bien entendu, toute l’ascendance de Thérèse Geneviève Fouques reste à rechercher. L’acte de mariage de 1795 précise qu’elle est native de Martigues, dans les Bouches-du-Rhône. Enfin, je cherche encore le mariage des parents de Pierre, Pierre Rodier et Jeanne Martin, mariés a priori en 1771 ou au début de l’année 1772 vu que l’aîné, s’appelant systématiquement Pierre, est né en novembre de cette dernière année. Je rejoins la mémoire familiale et les dires de la cousine de mon arrière grand-mère : si Jeanne Martin était originaire du mas de Solpéran à Saint-André-de-Lancize, il y a de fortes chances pour que le mariage se soit passé là-bas. Vous l’aurez compris, le mot fin en généalogie n’existe pas et je suis loin d’avoir exploré ne serait-ce que la moitié des fonds d’archives qui pourraient m’éclairer sur ce pan de l’histoire familiale. Affaire à suivre, donc.

Et je remercie encore Adrien pour sa précieuse aide, preuve s’il en faut que la généalogie se conjugue non seulement au présent mais parfois aussi au pluriel…

Des vérifications et des mystères

Continuons à parcourir le livret transmis à mon arrière grand-mère par sa cousine. En 1300, lorsque mon ancêtre Jean Rodier achète un mas, il est précisé :

Il doit promettre de ne jamais vendre ses terres au prieuré d’Ispagnac même s’il y a un changement de seigneur. Il doit jurer tout ceci sur les Saints Evangiles et faire hommage et garder fidélité et à genoux devant le seigneur Etienne de Mundo et les siens et devant témoins dans la maison de maître Capelan et maître Etienne Blancard, notaires publics. »

Si je ne doute pas de la bonne foi de ma lointaine cousine qui se base a priori sur des archives retrouvées aux Archives départementales de la Lozère à Mende, j’ai du mal à vérifier et identifier les lieux et les personnes qu’elle cite. D’abord sur le lieu, ce mas jouxterait le mas de « Volpillos, appartenant déjà aux Rodier et acheté à noble dame Hélis de Jalès. » Si je me réfère au Dictionnaire géographique de la Lozère, je trouve un toponyme Volpilhous, situé dans la commune de Florac. J’imagine que c’est bien de ce mas qu’il s’agit ici, Florac se situant à moins de 10 kilomètres au sud-est de la commune d’Ispagnac.

Itinéraire calculé entre Florac et Ispagnac. Source : Google Maps

Itinéraire calculé entre Florac et Ispagnac. Source : Google Maps

Ce mas acheté en 1300 se localiserait donc aux abords d’Ispagnac. Il aurait été vendu par un seigneur appelé Etienne de Mundo. Là, pour le coup, je pense qu’il y a confusion. Je ne retrouve déjà aucun seigneur de Mundo dans la région. En revanche, il existe bien une seigneurie de Budos qui exerce son influence dès le XIVe siècle dans la région d’Uzès (notice historique de la famille de Budos) mais il n’est jamais question d’un Etienne. À ce stade des recherches, vous comprenez les limites d’Internet : une visite aux AD de la Lozère pourrait sans doute m’éclairer davantage.

Avançons dans le temps et dans la lecture du livret :

En 1516, au moment du Concordat et des guerres d’Italie, le 9 avril, sous le règne de François 1er, Pierre Rodier, le fils cadet de Jean, a une terre à Fontanès et il jure sur les Evangiles de Dieu de prendre en mariage Catherine Valadier qui lui apporte en dot des champs, des pâtures, des bois et une somme de 15 livres tournois. Le voilà aussi riche que son frère aîné Jean. […] Après le mariage de Pierre Rodier et Catherine Valadier, le couple habite le mas de Zinzelles dans la paroisse de Fontanès et c’est là que naît leur fils Pierre, en 1518. Puis les fils se succèdent, ce sont naturellement des Pierre (fils aîné qui aura les terres). En 1570, un mariage entre Pierre et Marianne Pellet agrandit encore le domaine. »

Ici, je me suis servi des inventaires proposés en ligne par les AD de la Lozère. Ainsi, dans la série E, j’ai pu remarquer deux documents très intéressants :

  • une transaction passée entre Catherine VALADAYRE et Pierre Rodier, de Sinzelles en 1516 : c’est sans doute ce document que ma lointaine cousine a consulté à l’époque. Mais Catherine s’appelle en réalité VALADAYRE et non Valadier. Puis le mas de Sinzelles, après une consultation du Dictionnaire géographique de la Lozère se situe bien dans la paroisse de Fontanès (aujourd’hui, Fontanès a été intégrée à Naussac : la commune s’appelle donc Naussac-Fontanès et se situe en dehors des Cévennes, dans le Nord-Lozère, presqu’à la frontière de la Haute-Loire).
  • un testament de Jeanne BATIFOLLIERE, femme de Jean Rodier, du lieu de Sinzelles, paroisse de Fontanès (1627). J’en déduis, peut-être à tort, que ce Jean est un descendant direct ou collatéral du couple Rodier-Valadayre.

Pour autant, difficile de savoir si ces individus sont mes ancêtres en ligne directe ou non. Pour tout dire, cela est même impossible à vérifier en l’état actuel des ressources que j’ai à disposition. On poursuit :

En 1675, Rodier Pierre, ministre en religion, préside le synode des Cévennes à Anduze. »

De nouveau, confusion. Grâce à Gallica, il m’est possible de consulter un fonds documentaire exceptionnellement grand, dans lequel je trouve La France protestante, publié en dix volumes entre 1846 et 1859 par les frères Haag, historiens français protestants. Dans le volume VIII, je peux lire :

Rodier (N.) : ministre de Tornac, fut appelé à présider le synode des Cévennes et du Gévaudan qui se tint à Anduze le 19 juin 1675 […] Ce synode fut très nombreux ; soixante-cinq églises y envoyèrent leurs députés : […] »

Source : HAAG, Eugène et Emile, La France protestante…, Paris, 1846-1859, vol.VIII, p.464. Disponible en ligne.

Ainsi, il ne s’agirait pas d’un Pierre Rodier, mais d’un N. Rodier. Les frères Haag ont pu se tromper dans le prénom mais ce qui me met définitivement le doute quant au fait qu’il s’agisse d’un Pierre Rodier est la localité : Tornac, qui se situe dans le Gard. Pour autant, l’auteure du livret précise bien qu’elle a consulté les archives de Mende… et de Nîmes. De plus, les protestants de Lozère sont évidemment représentés par leurs ministres et parmi eux figure peut-être un Pierre Rodier. Cela reste à vérifier.

Pierre Rodier à cette époque avait un frère Antoine qui s’était engagé dans la Maréchaussée et était même devenu prévot à Mende. Celui-ci eut un fils Antoine qui devint notaire à Barre [Barre-des-Cévennes] et ce dernier eut un fils Privat qui devint notaire à Florac. »

En effet, toujours grâce à Internet, je retrouve bien trois Rodier notaires : Antoine, Privat et même un Pierre. Mais attention aux confusions et aux homonymes. Comme la cousine le présente, Antoine serait le frère du Pierre soi-disant président du synode en 1675. Or, les dates ne correspondent pas : Antoine aurait exercé entre 1596 et 1615 à Barre ; Privat, de 1678 à 1741 à Florac ; et ce Pierre de 1744 à 1773 à Florac aussi. Ainsi, le Antoine dont il est question ne peut pas être le frère du Pierre ministre en religion. Toutefois, Antoine est sans doute le frère du père voire du grand-père de ce Pierre.

Un procès sous fond de Guerres de Religion ?

Après le massacre de Fraissinet-de-Fourques en 1703, la cousine explique :

Pour comble de malheur, les terres des Rodier sont convoitées par leurs voisins catholiques. Parmi ceux-ci, Abraham Méjean, sire de la Rouvière, qui voudrait leurs terres et leur fait des procès (au sujet d’herbes à pâture pour les moutons, de prix d’un chemin qui traverse les terres de Méjean, des fruits d’un verger mitoyen, etc etc.) Cela durera 25 ans. Pierre Rodier et Jean son frère sont soutenus par tous les autres voisins et même par Rampon, de Paris, cousin de Méjean, qui lui écrit une lettre à ce sujet. Mais rien n’y fait, le procès suit son cours. Il faut attendre 1732 pour que soient déclarés Jean, Antoine et Pierre « sincères » et ils gagnent leur procès (200 livres et quelques sols). »

Ici, il s’agit bien du Pierre de Ferrières puisque, plus loin, lorsque la cousine explique que sa grand-mère Jeanne Borelly lui propose de récupérer ses terres à sa mort, il s’engage à dédommager ses deux frères.

Mais, hélas, les descendants d’Abraham Méjean mécontents de la fin des procès entre Pierre Rodier s’attaquent aux enfants de Pierre et veulent saisir leurs biens. Entre ces nouveaux procès et les besoins du roi Louis XV et par représailles contre ceux qui abritent ou ont abrité des Camisards, les localités de l’Acrole, Fabreguettes, la métairie Rodier, la Rouvière, le Villard […] sont imposées pour 291 livres. […] Peu à peu, l’animosité entre catholiques et protestants disparaît. On respire un peu mieux. Mais les descendants de Pierre Rodier doivent payer aux descendants d’Abraham Méjean « les condamnations » autrement il sera aisé de saisir sur leurs bien et même emprisonnés. »

Il faut attendre les années 1790 pour que les rivalités entre les deux familles disparaissent :

Une fille de Jean Rodier, Jeanne, épouse un descendant d’Abraham Méjean et la paix règne entre les deux familles. Enfin ! »

Si je n’ai aucun moyen de vérifier les dires de ma lointaine cousine, je crois plausible tout ce qu’elle raconte. Abraham Méjean est bien seigneur de La Rouvière : un fonds, concernant le XVIIIe siècle, est même disponible aux AD de la Lozère. Par hasard, en parcourant les registres paroissiaux de Saint-Hilaire-de-Lavit, j’ai trouvé le mariage d’un Antoine Rodier en 1734. Fils d’un Pierre, il est originaire du mas Méjean de la paroisse d’Ispagnac. Je n’ai pas réussi à le relier directement mais il est très probable qu’il fasse partie de ma famille Rodier d’autant qu’à Ispagnac, les Rodier semblent être présents depuis 1300 et le fait que cet Antoine vienne du mas Méjean me conforte sur cette piste.

Frustration et recomposition du puzzle

En trois articles, vous avez pu voir à quoi peuvent ressembler des recherches généalogiques. Pour celles-ci, j’ai eu la chance de m’appuyer sur un document familial et le travail réside d’abord dans le fait de vérifier tout ce qui est dit et de critiquer cette source comme une source à part entière. De cette manière, et grâce à Internet, le but du jeu est de recomposer le puzzle familial en infirmant ou confirmant certaines informations et, bien sûr, en en récoltant d’autres.

Frustration dans un deuxième temps car vous voyez qu’Internet ne fait pas tout et ne constitue pas l’outil ultime du chercheur, loin s’en faut. Désormais, si je veux continuer à avancer – et je pense qu’il est possible d’avancer encore beaucoup dans cette histoire – il faut que je me rende sur place. D’abord aux Archives départementales de la Lozère, puis dans les différentes localités citées afin de trouver d’autres pistes, d’autres sources et surtout d’autres informations.

Vous l’aurez compris, je n’ai pas fini d’être sur les traces des Rodier !


Malheureusement, j’ai assez peu de photos de la famille Rodier, l’épisode algérien ayant dispersé et fait disparaître beaucoup d’archives familiales. Toutefois, j’ai une photo d’Elisa Rodier, la dernière de ma lignée à porter ce nom, la mère de mon arrière grand-mère. Son regard bienveillant n’en demeure pas moins mystérieux, exactement à l’image des recherches et de la vision que je porte sur cette branche de mon ascendance.

Elisa Rodier (1869-1913), mon AAGM.

Elisa Rodier (1869-1913), mon AAGM.

Chers tous,

Avant d’être le nom de mon entreprise, Le Grenier de nos Ancêtres, c’est le nom de mon blog. Un blog que j’ai créé en avril 2014 afin de partager et d’écrire ma généalogie. Un blog que j’ai créé avec comme premier objectif de participer à la deuxième édition du Challenge AZ initié en France par Sophie Boudarel depuis juin 2013. Puis je me suis rendu compte, de par les réseaux sociaux et Twitter notamment, que je n’étais pas seul et qu’une vraie communauté de généanautes existait et était très animée.

Les aventures de ma vie professionnelle ont fait que jusqu’en juin 2015, je n’ai pas eu le temps disponible pour faire vivre mon blog. Puis, ma deuxième participation au Challenge AZ et les aventures de mes grands oncles d’Etienne et Joseph Brunet ont cartonné, j’ai reçu beaucoup de messages, je me suis rendu compte à quel point un blog de généalogie pouvait être riche, pas seulement pour les découvertes et les recherches que je présentais mais aussi, et surtout même, par les échanges que je pouvais avoir avec les gens, qu’ils soient généalogistes ou pas.

À partir de juillet 2015, il était hors de question dans mon esprit de monter un site Internet pour mon entreprise en abandonnant l’idée du blog. C’est pourquoi il me tenait à coeur, dès que mon activité fut lancée, d’alimenter régulièrement mon blog et de mieux l’organiser également. Aujourd’hui, je considère même que le tenir à jour, écrire des articles, fait partie intégrante de ma vie de généalogiste professionnel. Le nombre de visites en perpétuelle croissance depuis avril 2014 – et ce, malgré la mutation de mon blog en site Internet – et surtout depuis mai 2016 me convainc encore plus de l’intérêt que suscite la généalogie auprès des gens.

tipeee

En parallèle de mon activité professionnelle et de mes diverses passions, j’ai découvert une plateforme de financement participatif il y a de cela quelques mois : Tipeee. Basée sur le principe du pourboire – tip en anglais, elle permet à des créateurs de contenu gratuit de se faire rémunérer à travers des dons, du plus modeste au plus important. Et j’ai adoré l’idée. J’ai pris le temps de réfléchir à la manière dont je pouvais l’utiliser dans le cadre de mon activité et c’est finalement à travers mon blog que j’ai décidé de me lancer dans cette nouvelle aventure.

Comme je l’ai dit précédemment, aujourd’hui la tenue à jour de mon blog n’est ni une stratégie commerciale ni une manière détournée d’amener les gens à mon activité professionnelle. Pour rappel et afin que les choses soient très claires, j’ai choisi de faire de ma passion mon métier et surtout de faire en sorte qu’elle me permette d’en vivre. Je sais que parler d’argent en France est toujours délicat mais je n’ai aucun problème avec ça. Gagner de l’argent en faisant de la généalogie et en rédigeant des articles n’est pas moins légitime qu’un autre métier. Vouloir gagner suffisamment d’argent pour faire vivre sa famille – c’est le premier objectif, forcément – et ensuite pouvoir investir dans des projets généalogiques de grande envergure, je ne vois pas en quoi cela devrait être tû ou caché. Dans ce sens, il était hors de question, impensable même, de proposer un accès payant à mes articles. En revanche, proposer aux gens et de manière tout à fait libre de contribuer à ce que je puisse vivre de mon métier, ça me plaît bien ; puis l’idée du pourboire aussi a un côté fédérateur qui me parle. Au fond, je trouve le principe à la fois sain et révolutionnaire.

Sain car mine de rien, rédiger un article c’est beaucoup de travail. De l’idée à sa rédaction, il faut penser aux heures de recherches en amont, au temps passé à référencer, illustrer et mettre en forme l’article en question. Ainsi, par vos éventuelles contributions, vous me permettez de consacrer encore plus de temps à l’écriture d’articles et vous me permettez également de développer des projets généalogiques et de m’apporter un complément de rémunération comme je l’explique sur ma page.

C’est ici que j’estime le procédé révolutionnaire car on ne va pas se mentir, les tarifs appliqués à la généalogie sont relativement élevés (mais en même temps justifiés, ne l’oubliez pas). Ainsi, comment puis-je arriver à vivre de ma passion en trouvant d’autres canaux de rémunération ? C’est ici que le financement participatif intervient. L’union fait la force, imaginez 200 personnes me donnant  5 euros, et vous vous rendrez compte du complément de salaire non négligeable que cela m’apporte, avec en plus une communauté qui me suit et des dons très peu élevés pour chacun-e.

Dans tous les cas, nous verrons où mène cette nouvelle aventure, peut-être débouchera-t-elle sur rien d’ailleurs. Je n’en attends rien de particulier, je prends cette aventure comme ce qu’elle est : une tentative de gagner sa vie autrement. Et si ma démarche inspire d’autres généalogistes – à ma connaissance, je suis le premier à me lancer avec de tels objectifs (une pensée à Julien qui tente l’aventure pour financer sa formation).

N’hésitez pas à me faire part de vos remarques, vos critiques aussi pourquoi pas car je sais que le financement participatif peut interroger. Bien sûr, je vous serai reconnaissant de bien vouloir partager ma page Tipeee, d’essayer de faire un maximum de bruit autour d’elle, de continuer à visiter et à partager mon blog. Pour le reste, advienne que pourra.

Merci de votre attention,

Guillaume


Comment contribuer ?

Une fois sur la page du Grenier de nos Ancêtres, vous choisissez le montant de votre tip en sélectionnant votre contrepartie (de 1 à 100 euros). Ensuite, en supposant que vous n’êtes pas inscrit sur Tipeee, on vous demandera de créer un compte en renseignant votre adresse courriel notamment. Une fois inscrit, vous choisissez votre moyen de paiement et vous tipez !

Plus d’informations ici.

Si vous rencontrez des problèmes (ça arrive), pas de panique : soit vous m’écrivez via la rubrique Contact de mon site, soit vous me laissez un commentaire ci-dessous, soit vous me contactez via les réseaux sociaux… Avec tout ça, on va certainement y arriver ! Pour rappel, un tip n’engage à rien et vous pouvez le modifier voire l’annuler à tout moment.

Des précisions sur le patronyme

Avant d’être un patronyme, le mot rodier n’est autre qu’un nom de métier qui désigne le charron, celui qui est chargé notamment de fabriquer des roues. En parlant de roue, je trouve trace d’un moulin Rodier au XVIIe siècle près de Meyrueis, au coeur des Cévennes. Un relevé des archives de la ville trouvé sur Internet confirme le nombre important de Rodier qui gravite aux alentours de Meyrueis à cette période.

Localisation de Meyrueis en plein coeur des Cévennes. Source : Google Maps

Localisation de Meyrueis en plein coeur des Cévennes. Source : Google Maps

Des confusions et un jeu de piste

Revenons en 1703 et à la guerre des Camisards. La même cousine de mon arrière grand-mère énonce ensuite :

Entre temps, Pierre a été obligé de fuir devant les dragons du roi. Il fuit vers Castres avec sa femme et ses deux enfants. Mais il est dénoncé et rattrapé et enfermé au château de Ferrières près de Montpellier. Sa femme est transportée dans la tour de Constance à Aigues-Mortes. Pour sauver sa femme et ses enfants, il se fait baptiser dans la religion catholique et obtient la liberté de sa famille contre une somme de 163 livres 1 sol et 3 deniers. Sinon c’était une peine de 27 ans de galère ou de prison. »

Avant toute chose et pour que vous y voyez plus clair, le Pierre dont il est question ici n’est autre que mon Sosa 992, né a priori au début du XVIIIe siècle, et serait donc le fils du Pierre hypothétiquement mort à Fraissinet-de-Fourques en 1703. Un peu plus loin dans son récit, la cousine donne le nom de sa femme, une certaine Louise Fau. Sur ce passage donc, beaucoup de confusions. Grâce à Généanet, j’ai réussi à trouver trace d’un couple Rodier-Fau marié au Désert mais dont nous trouvons trace dans les registres de l’Eglise réformée de Roquecourbe, dans le Tarn, le 19 septembre 1745. Après vérification, le couple semble bien correspondre à celui de mes ancêtres. Roquecourbe se situe à un peu plus de 200 kilomètres au sud-ouest de Fraissinet-de-Fourques et à seulement une dizaine de kilomètres au nord-est de Castres. Première confusion : si fuite il y a eu, Pierre Rodier se marie bien après. Par ailleurs, dans les trois années qui suivent, nous trouvons trace de deux baptêmes dans les registres de l’Eglise réformée de Roquecourbe, Jean Pierre en 1746 et Louis en 1748. Cela confirme le fait que le couple a bien deux enfants.

Mais qu’en est-il du château de Ferrières et de la Tour de Constance ? Déjà, le château de Ferrières se situe à une vingtaine de kilomètres à l’est de Roquecourbe et pas du tout près de Montpellier. La confusion est sans doute liée au fait qu’elle parle juste après de l’hypothétique enfermement de Louise Fau à Aigues-Mortes. Hypothétique en effet car elle n’a en réalité jamais été à Aigues-Mortes, du moins si j’en crois la liste des prisonnières protestantes de la Tout de Constance publiée sur le site du Musée du Désert que vous pouvez visiter à Mialet, dans le Gard. Cela étant, il est fort probable qu’au moment où Pierre est emprisonné, elle soit menacée de déplacement à Aigues-Mortes. Car, oui, Pierre Rodier a bien été à Ferrières et j’en trouve une trace dans l’Histoire du protestantisme dans l’Albigeois et le Lauragais, depuis la révocation de l’Edit de Nantes (1685) jusqu’à nos jours édité rédigée par Camille Rabaud (1827-1921), pasteur et historien français, publiée en 1898 et disponible en ligne via Gallica :

Roquecourbe. – Baptêmes au Désert……………………………………………………………………………… 58

Arrêtés pour baptêmes au Désert…………………………………………………………… 3

Pierre Cumenge et Pierre Rodier ne quittent les cachots de Ferrières qu’en payant 163 liv. et en promettant un second mariage et de nouveaux baptêmes à l’Eglise,

11 novembre 1751. »

Source : RABAUD, Camille, Histoire du protestantisme… op.cit., Fischbacher, Paris, 1898, p.616.

Précisions sur le château de Ferrières

S’il existait apparemment un château médiéval à Ferrières, il aurait été transformé au XVIe siècle par Guillaume Guilhot, seigneur huguenot. Nous sommes en pleines guerres de Religion entre catholiques et protestants et Ferrières devient alors un bastion important pour les Réformés de la région. Ironie du sort, un peu plus d’un siècle plus tard, à la fin du XVIIe siècle et après la révocation de l’Edit de Nantes, Pierre III de Bayard, arrière petit-fils de Guilhot, devient le persécuteur des protestants et Ferrières sert dans un premier temps de garnison pour les troupes royales jusqu’en 1708 où le château devient alors une prison.

Entrée du château de Ferrières. Source : http://patrimoines.midipyrenees.fr/

Entrée du château de Ferrières (Tarn). Source : http://patrimoines.midipyrenees.fr/

Cour du château. Crédit : F@M. Source : http://www.cartesfrance.fr/

Cour du château. Crédit : F@M. Source : http://www.cartesfrance.fr/

S’il n’est pas possible de visiter le château aujourd’hui, le simple fait d’en voir des photographies me glace presque le sang. Sentiment très étrange, que je n’ai, je crois, jamais ressenti au cours de mes recherches généalogiques mais imaginer mon ancêtre passer la voûte du château, l’imaginer désespéré craignant pour sa femme et ses deux enfants me trouble. Certains en souriront peut-être mais je crois pouvoir imaginer le ressenti de mon ancêtre en plein automne 1751. C’est étrange d’ailleurs car il y a quelques semaines, j’ai découvert sur la tombe de mes arrière grands-parents et donc de mon arrière grand-mère Eliane, le message suivant :

Caveau familial, Fayence, Archives familiales, 2016, tous droits réservés.

« On peut être détruit sans être vaincu » Message trouvé sur le caveau familial Rouquayrol-Blanchard, Fayence, Archives familiales, 2016, tous droits réservés.

Mon arrière grand-mère se passionnait pour l’histoire de ses ancêtres Rodier et je suis fier aujourd’hui de pouvoir mener ces recherches, facilitées en grande partie grâce à elle et la correspondance qu’elle a entretenue avec l’une de ses cousines.

Des Pierre et des Pierre

Il convient ici de faire un point sur ma filiation. Je remonte de manière certaine au fils du Pierre que je viens d’évoquer, qui s’appelle aussi Pierre et se marie à une Martin du mas de Solpéran à Saint-André-de-Lancize au début des années 1770. D’après son acte de décès à Cassagnas en 1831, j’estime sa naissance à 1749. Or, si j’en crois la cousine de mon arrière grand-mère, son père n’aurait eu que deux enfants. Et je ne trouve en effet, comme je l’ai dit plus haut, que deux naissances issues du couple Rodier-Fau, dont l’aîné, Jean Pierre, en 1746. Pourquoi Jean Pierre ? Car son parrain n’est autre que Jean Pierre, certainement le même que celui qui est désigné comme étant le père de Pierre à son mariage en 1745. Aurait-on ajouter Jean pour différencier les individus ? Le Jean Pierre né en 1746 est-il bien mon ancêtre ? Je reste prudent bien que tout semble indiquer que oui. Voici donc le schéma d’ascendance des Rodier à ce stade :

Jean Pierre Rodier x ? (l’acte de mariage de son fils en 1745 ne précise pas l’identité de sa mère)

|

Pierre Rodier x Louise Fau

|

Pierre Rodier x Jeanne Martin

|

Pierre Rodier x Thérèse Geneviève Joséphine Fouques

|

Pierre Rodier x Jeanne Julie Sirven

|

Calixte Vitor Rodier x Julisme Adèle Larguier

|

Marie Elisa Rodier

Après la fuite, le retour dans les Cévennes

Il [Pierre de Ferrières] revient en Lozère […] et s’installe pour quelque temps chez sa grand-mère Jeanne Borelly, veuve de Jean Cabanel de Fourques qui lui laisse son domaine et son argent à sa mort, à condition qu’il dédommage ses deux frères (280 livres chacun). Son fils Pierre se marie avec Marie Martin du mas de Solpéran. Ils auront un fils aîné qu’ils nommeront Pierre. Après la mort de sa femme Louise Fau, il viendra habiter le mas de Solpéran avec son fils Pierre, sa belle-fille Martie Martin et son petit-fils Pierre. Il y mourra d’ailleurs. »

Que de Pierre ! Deux remarques préliminaires : la femme de Pierre, d’après son acte de décès à Cassagnas en 1827, s’appelle Jeanne Sirven et non Marie. Pour identifier les mas cités dans le travail de la cousine de mon arrière grand-mère, je me suis servi du Dictionnaire géographique de la Lozère publié en 1852 et réédité de nombreuses fois, par un certain Jean Bouret. Il est disponible en ligne. Il existe deux mas de Solpéran dans des communes très proches, limitrophes mêmes, à savoir Saint-André-de-Lancize et Saint-Germain-de-Calberte. Je penche plutôt pour Saint-André-de-Lancize dans la mesure où Pierre, le petit fils de Pierre et Jeanne Martin, naît aux Ayres à Saint-André-de-Lancize, ce qui tend à montrer que la famille réside là-bas, avant de migrer dans la commune de Cassagnas.

Revenons à l’histoire de Pierre de Ferrières. La cousine explique qu’après l’épisode tragique du Tarn, Pierre s’installe à Fourques, comprenez Fraissinet-de-Fourques, où réside sa grand-mère Jeanne Borelly. Après des recherches dans les registres paroissiaux de cette commune, je trouve en effet, le 27 juin 1758, la sépulture de Jeanne Borelly, veuve de Jean Cabanel (1). L’occurence des noms et le fait que son décès intervient après 1751 et donc l’épisode du Tarn m’amènent à conclure qu’il s’agit bien de mon ancêtre. Toutefois, aucune trace ensuite d’un éventuel décès concernant Louise Fau, avec qui Pierre semble résider à Fraissinet. Dans l’étude des registres paroissiaux cependant, je croise beaucoup de Rodier avec des prénoms familiers : Antoine, Louis, Jean, quelques Pierre aussi. Malheureusement, à ce stade des recherches, je n’ai pas encore les moyens de les relier directement à mon ascendance. Et la malchance s’en mêle puisque les registres paroissiaux de la commune de Saint-André-de-Lancize ne sont disponibles qu’à partir de 1793. Comme Pierre de Ferrières semble mourir au mas de Solpéran, retrouver sa sépulture risque d’être délicat.

(1) S’il s’agit, comme je le pense, de ses grands-parents maternels, cela voudrait dire que la mère de Pierre, femme de Jean Pierre du coup, est une Cabanel. Quoiqu’il en soit, Jeanne Borelly (née vers 1698-1758) est mon Sosa 3 971.

Suite au prochain billet.


En introduction du livret remis à mon arrière grand-mère, nous pouvons lire ces quelques mots apparemment prononcés par Yehudin Menuhin, violoniste et chef d’orchestre américain de renom :

Ces liens entre passé et présent et aussi avenir ont une importance considérable. Ils font un tout de l’aventure humaine, lui donnant un sens, et nous ne pouvons les trancher qu’avec risques et périls. »

Il me semble que c’est la première fois que j’évoque publiquement l’histoire de cette partie de ma famille. Une histoire certainement douloureuse puisqu’elle concerne des branches protestantes en partie persécutées au fil des siècles. Mais commençons par le commencement.

Comme toute mon ascendance maternelle, le dénominateur commun reste l’Algérie coloniale. Le premier Rodier qui apparaît est en fait une femme, Marie Elisa, qui n’est autre que la mère de mon arrière grand-mère. Dernière d’une fratrie de six enfants, elle naît à Alès (Gard) le 22 avril 1869. Ses parents, tous deux issus de familles protestantes, s’y sont par ailleurs mariés en septembre 1851. La mémoire familiale attache une importance particulière à la figure du père d’Elisa, Calixte Victor Rodier, présenté comme homme de convictions et comme étant un individu ayant réussi son ascension sociale grâce à l’école républicaine.

L’épisode algérien

Il naît le 30 août 1827 à Cassagnas, petit village de Lozère. Après le décès de sa mère en 1836, il rejoint son oncle au château du Soulier – aujourd’hui du Solier – à Saint-Hilaire-de-Lavit où il l’aide l’été aux travaux de la campagne et va en classe le reste de l’année. Remarqué par son instituteur, ce derneir persuade son père de le faire poursuivre ses études. C’est ainsi que Calixte se retrouve à l’école des Mines d’Alès. Une recherche rapide dans l’annuaire des anciens élèves de l’école m’apprend que Calixte a fait partie de la promotion de 1849. Il avait donc 22 ans.

Source : http://www.mines-ales.org/gene/main.php?base=360

Calixte à l’école des Mines d’Alès en 1849. Source : http://www.mines-ales.org/gene/main.php?base=360

Après être sorti maître-mineur – l’équivalent d’ingénieur aujourd’hui, et s’être marié avec Julisme Adèle Larguier dont le père est entrepreneur de maçonnerie, il s’installe un temps à La Grand’Combe, à une petite quinzaine de kilomètres au nord d’Alès. Dans cette petite commune naît leur première fille, Valérie Julisme, en 1854. Mais de par son métier, Calixte, suivi par sa femme dont la mémoire familiale retient qu’ils étaient très amoureux, est amené à beaucoup se déplacer. On l’envoie prospecter dans les environs d’Alès mais aussi en Espagne – où naît en 1858 le troisième enfant du couple, en Italie, en Sardaigne, en Algérie, peut-être même en Amérique. Ces informations, transmises par sa petite-fille, une cousine de mon arrière grand-mère, semblent fiables. Cette cousine, justement, parle de Calixte en ces termes :

C’est une très belle figure. Il était ouvert à toutes les idées nouvelles. Il essayait de combattre l’injustice et d’amiélorer la condition ouvrière et surtout chez les mineurs dont il trouvait la vie bien misérable. Il se déplaçait souvent vers Paris pour soutenir ses idées et les faire aboutir. Mais toutes ces demandes et ces discours, c’était plus que ne pouvait le supporter Napoléon III. Aussi fut-il déplacé en Algérie. Mais comme il avait pas mal de relations, des amis Anglais lui donnèrent la direction des mines du Djebel Maci. Il dut abandonner son avoir en terres et en mines à ses frères et soeurs et embarqua sa petite famille pour Relizane. »

Voici donc comment Calixte semble s’être retrouvé en Algérie, pour des raisons plus ou moins politiques. En soi, ce n’est pas impossible et nombreux sont ceux qui ont été encouragés voire déportés dans les colonies au début du Second Empire. Toutefois, première interrogation : le fait qu’il aille « soutenir ses idées et les faire aboutir » à Paris. Aucune preuve de ces affirmations dans les archives que j’ai pu consulter. Etait-il franc-maçon, comme beaucoup à l’époque ? Le fait qu’il puisse s’installer en Algérie grâce à des amis Anglais me met quand même la puce à l’oreille. Mais faute de preuve, je ne me risque à aucune conclusion hâtive. Mais alors quand est-ce que la famille s’installe en Algérie ? D’après ce qui vient d’être dit, la migration doit remonter aux années 1850 : la mémoire familiale retient en effet que Julisme revenait en métropole pour accoucher de ses enfants. La naissance d’Elisa à Alès en 1869 ne serait donc pas un indice pertinent quant à la localisation de la famille à cette période. Enfin sur les mines du Djebel Maci, je n’arrive pas à les situer en Oranie. J’ai récemment trouvé un site très intéressant sur les entreprises coloniales françaises et notamment sur l’industrie minière mais il couvre surtout la fin du XIXe et le début du XXe siècle.

L’origine des Rodier

Revenons à l’origine des Rodier. Dans le même fascicule que je cite plus haut, la cousine de mon arrière grand-mère et, donc, la mémoire familiale, signale une ascendance noble du côté Rodier. Plus exactement, voici ce qui est écrit :

Le premier document, faisant état de la présence des Rodier sur ce coin de terre [en Lozère] saupoudré de neige en hiver et d’or en été, balayé des vents, hurlant avec les loups et chantant avec les ruisseaux, remonte à l’année 1262, sous le roi Louis IX. Le seigneur Guigues de Servières est un damoiseau sous la tutelle de son oncle Raymond de Peyre qui est lui-même vassal du baron de Portes dont la baronnie est l’une des 8 du Gévaudan. C’est donc ce Guigues de Servières en présence de Raymond de Peyre, qui donne et concède à Jean Rodier et aux siens un mas appelé « La Dauzinès » avec ses terres cultes et incultes, ses champs en patures, ses habitations, ses eaux et crues d’eau, etc, etc… Ceci fait le 3 des nones de Novembre 1262. […] En 1300, son fils Jean Rodier achète un pailler, ou maison entourée de terres. […] Ce bien que Jean Rodier a acheté […] est une terre noble (en Gévaudan, la posession d’une terre noble pendant 3 générations conférait la noblesse). Cette coutume fut abolie par l’ordonnance de Blois en 1579 (sous Henri III). Plus tard, Louis XIV ordonnera des recherches sur les nobles du Gévaudan et de Lozère. Il en profitera, s’ils sont protestants, pour les punir sévérement et leur confisquer leurs biens. »

En effet, l’ordonnance de Blois ne permet plus l’agrégation de la noblesse par possession de fiefs mais désormais l’anoblissement n’est possible qu’à l’initiative exclusive du roi, par lettres patentes.

À la fin du XVIe siècle, l’édit de Nantes (1598) d’Henri IV prévoit une certaine liberté de culte pour les protestants : la paix semble rétablie. À cette époque, les Rodier sont localisés du côté de Fontanès, en Lozère, à 55 kilomètres au nord-est de Mende. Mais après la mort d’Henri IV, les ennuis deviennent sérieux pour les protestants et particulièrement dans les Cévennes et sont résumés en quelques mots par la cousine Rodier : « la mort, les galères, l’exil. »

En 1685, Louis XIV révoque l’édit de Nantes et le protestantisme devient alors une religion clandestine : on détruit les temples, les écoles, encourage les dénonciations des protestants, lesquels sont condamnés à l’exil et à la clandestinité. On exerce le culte protestant dans ce que l’on appelle le « Désert », c’est-à-dire dans les champs, de manière cachée. Les pasteurs sont itinérants. D’autres protestants n’ont d’autre choix que la conversion ou la mort. Alors pour les familles contraintes de se convertir au catholicisme, on s’emploie à donner des noms aux enfants issus de l’Ancien Testament (Moïse, Suzanne, Elie…) comme pour marquer une ultime fois l’attachement à leur culte.

Puis vient la guerre des Camisards, au début du XVIIIe siècle. Conséquence directe de la révocation de l’édit de Nantes et des persécutions, les paysans protestants des Cévennes se révoltent.

Les protestants sont assassinés par les Dragons du Roi et ceux qui échappent doivent se convertir au catholicisme. Mais ceux qui se convertissent sont assassinés par les Camisards. En 1703, le 21 février, Pierre Rodier et la femme de Jean Rodier [frère de Pierre] sont assassinés par la bande à Rolland. C’est terrible et sans issue. »

Le 21 février 1703, le village catholique de Fraissinet-de-Fourques est effectivement victime d’un massacre mené par un groupe de Camisards avec à sa tête, un certain Rolland, surnom donné à un berger qui s’appelle en réalité Pierre Laporte. Pourtant, dans les registres paroissiaux de la commune, si je trouve bien l’ensevelissement de plus de 40 corps le 22 février 1703 dont « Susanne Lapierre, femme de Jean Rodier », aucune trace de Pierre Rodier, supposé être mon ancêtre en lignée directe.

Suite au prochain billet.


Vous l’aurez compris, l’histoire de cette partie de mon ascendance maternelle est douloureuse, porteuse d’une mémoire marquante et marquée par les persécutions et les secrets de famille. S’y plonger est passionnant car cela permet de lever le voile sur d’éventuelles erreurs dans la transmission de la mémoire familiale et d’apaiser, à l’aide des archives à notre disposition, cette partie de l’histoire familiale. Pas d’histoire victimaire, pas plus qu’une histoire glorifiée. Les faits, juste les faits, autant que faire se peut, reconstituer le plus objectivement ce qui s’est passé. Et comme toujours, je découvre que tout n’est pas noir et que tout n’est pas blanc.

Château du Soulier, commune de Saint-Hilaire-de-Lavit. Crédits photo : Josette Clier. C'est aux alentours de ce château, dont parlait souvent mon arrière grand-mère, que Calixte a passé une partie de son enfance chez son oncle.

Château du Soulier, commune de Saint-Hilaire-de-Lavit. Crédits photo : Josette Clier.
C’est aux alentours de ce château, dont parlait souvent mon arrière grand-mère, que Calixte a passé une partie de son enfance chez son oncle. D’autres photos ici.

 

Au détour d’une recherche, il arrive parfois qu’on tombe sur ce que j’appelle des perles généalogiques. Des petits trésors qui le sont soit par le contenu de l’acte en question, soit par la forme qu’ils prennent – de la trace effacée d’une patte de chat sur un registre au dessin fait par un curé qui s’ennuyait dans la tenue de ses registres paroissiaux.

Aujourd’hui, bien qu’elle soit macabre, cette perle concerne la découverte d’un cadavre non loin de Saint-Sorlin-d’Arves, au début du XIXe siècle. C’est la première fois que je trouve autant de détails sur un décès et pour cause, le rapport de l’officier de santé mobilisé est littéralement transcrit dans le registre d’état civil.

Notes préliminaires

Depuis la fin d’année 1793, la Maurienne est française et rattachée au département du Mont-Blanc. Elle l’est jusqu’en 1815 et la restitution par la France des territoires de Savoie à la Sardaigne. Saint-Sorlin-d’Arves est la commune d’origine de l’immense majorité de mon ascendance paternelle : elle se situe entre 1500 et 3500 mètres d’altitude. Elle est surplombée par les Aiguilles d’Arves, aujourd’hui encore très réputées pour leur beauté. Enfin, les dates appartiennent au calendrier révolutionnaire ou appelé également républicain qui reste en vigueur jusqu’en 1806. Entre crochets, je propose la conversion de ces dates.

Sur l’acte en lui-même, le maire François Chaix n’est autre que mon arrière arrière arrière grand-père, mon Sosa numéro 32 (1). C’est donc lui qui rédige cet acte dont je ne restitue ici que le texte. Vous pouvez évidemment vous reporter au document original dont la cote est la suivante : Archives Départementales de la Savoie en ligne, 3E 507, folios 131-132.

Transcription du document

Du vingt-deux vendémiaire an douze [15 octobre 1803] de la République française,

Nous François Chaix maire de la commune de Saint-Sorlin-d’Arves faisant les fonctions d’officier de police judiciaire en vertu de l’art. quatre de la loi du septième pluviose an neuf [27 janvier 1801], sur l’avis à nous donné par le citoyen François Coche de cette commune qu’il vient d’apprendre qu’un individu de cette commune nommé Vincent Chaix a découvert de loin sur une petite éminence de rocher un cadavre exposé lui icelui à l’endroit appelé au Rocher Blanc dépendant de la dite commune qu’il croit soit par la taille du dit cadavre, soit par la qualité des vêtements être celui d’Antoine fils de François Coche qui a disparu et dont on n’a aucune nouvelle depuis le trente messidor an dix [19 juillet 1802], jour auquel il est sorti de la montagne avec un fusil, duquel jour malgré toutes les recherches qui furent faites après cette disparition il n’a pu être découvert vu que probablement un éboulement de neige l’avoit [sic] enveloppé mais l’on trouvat [sic] au-dessus de l’endroit où il a été découvert actuellement le fusil dont il était nanti [pourvu]….

Nous nous sommes transportés avec les citoyens Vincent Chaix et André Chaix jusqu’au lieu le plus abordable du dit rocher accompagné du citoyen Laurent Bergé, chirurgien gradué affecté à l’hospice civil de St-Jean [de-Maurienne] distante de cette commune de plus de six heures ni en n’ayant aucune de plus prises où étant [sic] nous avons fait apporté le dit cadavre en notre présence que nous avons reconnu masculin. vêtu de draps pays gris dont les bas qui étoient noir de laine tricotés dans sabot et sans chapeau, visite faite il a été trouvé dans ses poches un couteau commun de corne tout rouillé ainsi qu’un cornet de poudre. Il avoit en outre deux […] de laine blanche du pays. Le dit cadavre ne présentant plus que les ossements, toutes les chaires ayant été consumées, ne restant qu’une partie postérieure de la peau de la tête à laquelle se trouve attachés les cheveux rouge avec un ruban de fluret [sic] noir.

De suite les citoyens Vincent et André Chaix et François Coche, son père, nous ont dit reconnaître parfaitement que le cadavre est celui d’Antoine Coche tant par les habillements désignés ci-dessus que par les cheveux rouge et de la manière dont ils sont liés le dit cadavre étant entièrement dépouillé de ses chairs. Et ils assurent que c’est là effectivement Antoine fils de François Coche qu’ils n’ont plus vu depuis cette époque et qu’il connaissoit par l’entièrement et le dit François Coche nous a déclaré qu’il reconnaissoit parfaitement que c’étoit son fils tant par ses habillements que par ses cheveux qui étoient rouge que à sa corne de poudre et à son couteau et ont signé avec nous leurs déclarations.

Après quoi nous avons invité le citoyen Bergé chirurgien de l’hôpital civil de Saint-Jean de procéder à la visite du dit cadavre après avoir été duement assermenté, il nous a fait son rapport comme suit :

Je, Laurent Bergé, chirurgien de l’hôpital civil de Saint-Jean, en suite de la visite faite en votre présence, vous rapporte et fait observer que le cadavre qui m’est présenté est masculin & celui d’un jeune homme d’environ dix-huit à vingt ans, que le squelette qui a résisté à la putréfaction est entier sans qu’il manque aucune partie osseuse de sa construction, qu’aucune de ses parties dures ne paroit altérée par une violence extérieure mais se séparant les uns des autres par la destruction des parties molles et des ligaments qui les unissoient occasionnée par la dislocation à la suite de la putréfaction. En conséquence je ne puis juger quelle a été la cause de mort du dit cadavre, j’estime néanmoins que la mort de ce jeune homme vu l’état du squelette date d’environ un an.

Lecture faite au dit citoyen Bergé de son rapport, il a déclaré y persisté et a signé avec nous sur l’original.

Duquel rapport résulte que le cadavre qu’on nous a dit être celui d’Antoine fils de François Coche, il n’est possible de connaître par quelles fins il est mort, attendu que le citoyen Bergé n’en a pu juger dans son rapport sachant qu’il a estimé que la mort de ce jeune homme vu l’état du squelette pouvoit dater d’environ un an.

Nous avons ensuite déclaré que rien ne s’oppose à l’inhumation du dit cadavre suivant les formes ordinaires et avons ordonné qu’extrait du procès verbal de transport de reconnaissance et du rapport de l’officier de santé Bergé sera joint au registre de l’état civil de cette commune et que toute la présente formalité sera transmise au Substitut du commissaire du gouvernement pris le tribunal criminel du département du Mont-Blanc. Pour l’arrondissement de Maurienne…

Fait et clos par nous maire susdit aux lieu les ans et jour que dessus et par extrait conforme à l’original.

Et vous, avez-vous déjà trouvéun tel acte détaillé dans les registres d’état civil ou paroissiaux ?

(1) En fait, non. Confusion au niveau des dates, je me suis en fait référé à la signature très ressemblante mais ce François Chaix n’est sans doute pas mon ancêtre. Dont acte.

Si l’état civil – et les registres paroissiaux – restent les sources essentielles lorsqu’on fait de la généalogie, il ne faut néanmoins pas négliger les autres sources à notre disposition, et Dieu sait s’il y en a. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir comment un registre matricule a pu débloquer une de mes branches. Prenez ça comme un cas d’école.

De l’importance d’un registre matricule

L’histoire commence en Algérie, au début du XXe siècle. Le 8 mars 1906, naît à Mascara Berthe Gauguet, mon arrière grand-mère. La mémoire familiale raconte qu’après l’avoir reconnue, son père, un certain Albert Gauguet, aurait proposé à sa mère, Pauline Rieth, de partir avec lui à Oran où il aurait exercé sa profession de boulanger. Pauline refuse, Albert la quitte. Je sais que Berthe grandit à Palikao – actuel Tignennif – où elle se marie en 1928 avec mon arrière grand-père Fourcade. Sur leur livret de famille, pas plus d’informations sur le père de Berthe. Dernier élément à ma disposition : la mémoire familiale retient que deux hommes se seraient présentés un jour au café que mes arrière grands-parents tenaient à Palikao comme étant les demi-frères de Berthe, laquelle aurait refusé purement et simplement de les rencontrer. Par ailleurs, il faut savoir que Pauline Rieth a eu deux enfants avant Berthe, de deux pères différents : une fille en 1897 – Yvonne Rieth – qui demeure enfant naturel et un garçon en 1899 – Albert Jullien – qui, comme Berthe, fut reconnu par son père biologique.

Revenons à Berthe et à comment identifier son père. Le registre des naissances de la commune de Mascara n’étant malheureusement pas disponible, les registres matricules de l’Algérie coloniale constituent la seule source en ligne disponible… et ma seule piste !

Des Gauguet en Algérie, il y en a peu visiblement. Mais parmi eux, figure un Albert Gauguet. Né en 1880 à Perpignan, il a huit ans de moins que Pauline. Engagé volontaire en 1899 et appartenant à la classe de 1900, il est incorporé pour une période de quatre ans dans le 2e Régiment de Zouaves. Parmi les informations précieuses que l’on trouve dans les registres matricules, les localités successives habitées. Et là, je commence à me dire qu’il peut bien s’agir du père de Berthe, autrement dit de mon arrière arrière grand-père.

En septmebre 1903, après son engagement, Albert se retire à Er-Rahel – aujourd’hui Hassi el-Ghella – dans la wilaya d’Aïn Temouchent, à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Sidi-bel-Abbès. Il y reste à peine six mois. Il est ensuite domicilié en mars 1904 à Tizi, petit village au sud-ouest de Mascara, « chez Durand » nous précise le registre. Là encore, il y reste très peu puisque seulement quatre mois plus tard, en juillet 1904, il est domicilié à Aïn-el-Hadjar, toujours dans le département d’Oran, que je localise à environ 90 kilomètres au sud de Mascara, non loin de Saïda.

Il reste dans cette dernière commune environ huit mois et c’est là que le registre matricule devient très intéressant : il est dit qu’Albert Gauguet habite, à partir de février 1905, la commune de Prudon – Sidi-Brahim aujourd’hui – petit village au nord-est de Sidi-bel-Abbès. Il est précisé qu’il est, à ce moment, boulanger (je précise que dans la case profession du registre matricule, aucune profession n’est mentionnée). Or, Prudon, c’est le foyer d’habitation des Rieth. Albert, le demi-frère de Berthe, y est né en 1899 et la mère de Pauline, Anna Maria Dieringer, y décède en 1917. Il y a donc de fortes chances pour que Pauline soit dans les parages dans les premières années du XXe siècle. Albert reste à Prudon jusqu’au 1er août 1905, où il retourne à Tizi « chez Durand ». Or, si mon hypothèse selon laquelle cet Albert Gauguet est bien le père de Berthe et que cette dernière est née en mars 1906, cela veut dire qu’elle a été conçue, peu ou prou, en juin 1905. À deux mois de grossesse, Pauline devait savoir qu’elle était enceinte : cela suffit-il à expliquer le départ d’Albert de Prudon pour retourner à la hâte habiter à Tizi ? Est-ce justement à cette période que Pauline part vivre à Palikao ? Tout me paraît plausible.

Aucune preuve tangible mais la dernière localité mentionnée dans cette case n’est forcément pas le fruit du hasard : en effet, le 1er novembre 1906, il est dit qu’Albert réside à Palikao. Il y reste semble-t-il jusqu’en avril 1908 où là, nous apprenons qu’il est affecté à l’administration des Postes et Télégraphes (PTT) comme facteur local à Mendes. Située dans la wilaya de Relizane à environ 70 kilomètres à l’est de Palikao, il y reste jusqu’en janvier 1909. En août de la même année, il est affecté à Djeniene-Mesquine, à 90 kilomètres à l’est cette fois-ci de Palikao, pas très loin de Sidi-bel-Abbès. Il se fixe apparemment dans le coin et après consultation de son acte de naissance à Perpignan, j’apprends qu’il se marie en novembre 1910 à Saint-Lucien – actuel Zahana – à moins de dix kilomètres au nord de Djeniene-Mesquine. Son registre matricule précise enfin qu’il est père de trois enfants en 1923. Berthe + les deux frères retenus par la mémoire familiale, ça colle.

En 1927, Albert est rayé de l’affectation spéciale « et remis dans le droit commun » : il se retire alors à Oran, toujours dans les PTT semble-t-il et est « dégagé de toutes obligations militaires en novembre 1928 ». Berthe se marie en juin de la même année à Palikao. Pour ainsi dire, il serait très intéressant de consulter son acte de mariage afin de lire comment est présenté son père à cette date.

Dans tous les cas, même si je n’en ai pas une certitude sans faille, tout semble indiquer que cet Albert Gauguet est bien le père de Berthe. Les villages qu’il habite correspondent bien aux villages qu’a habités Pauline – je pense à Prudon et surtout à Palikao. Il est père de trois enfants : a priori Berthe est comptée dedans puisqu’il l’a reconnue. La mémoire familiale retient qu’elle avait deux demi-frères. Sur la profession de boulanger, la mémoire familiale semble avoir fait quelques confusions : Albert a été boulanger lorsqu’il habitait à Prudon, donc dans la période où il aurait mis enceinte Pauline. Ensuite, il exercera dans les PTT. Le fait qu’il parte de Palikao est lié à son affectation, pas à son désir propre. Il n’empêche que Pauline ne l’a pas suivi. Il a finalement bien rejoint Oran, mais plus tardivement que la mémoire familiale le laissait entendre.

Synthèse cartographique des lieux cités

Synthèse des lieux cités précédemment, Google Maps, 2016

Complément de recherche

En recherchant « Gauguet » dans la base des registres matricules des ANOM, je trouve en fait 6 individus en mettant de côté Albert. Et 5 d’entre eux ne sont autres que ses frères ! D’abord Etienne, de la classe de 1897, qui réside à cette date à Sidi-bel-Abbès et… qui exerce la profession de boulanger ! La dernière localité habitée est Mercier-Lacombe – actuel Sfisef – à l’est de Sidi-bel-Abbès, où il décède en 1907. Ensuite, Georges Jean, de la classe de 1899, qui est sellier et qui réside dans la région de Sidi-bel-Abbès également. Jules, de la classe de 1902, lui aussi boulanger. Pierre, de la classe de 1904 et dont le parcours n’est pas reluisant : plusieurs fois condamnés en France, il n’habite plus en Algérie (où il est par ailleurs déclaré insoumis en 1908). Henri, de la classe de 1907, maréchal-ferrand et, enfin, Raymond, de la classe de 1910, cultivateur. Au moment de son recrutement, il habite avec sa mère à Sidi-Daho, au sud-ouest de Sidi-bel-Abbès. Il habite ensuite en 1914 Bedeau – aujourd’hui Ras el Ma – commune dans laquelle naît Yvonne, premier enfant de Pauline, en 1897. Preuve s’il en fallait, que la famille Gauguet se trouve vraiment dans la même région que les Rieth et spécifiquement que Pauline.

Dernier indice

En octobre 1895, Mathieu Gauguet, père d’Albert, décède à Mercier Lacombe où il exerce la profession de secrétaire de mairie. En janvier de la même année, toujours à Mercier Lacombe, la femme de Mathieu, Rose Barthe qui, elle, n’est âgée que de 35 ans, accouche d’une fille. Devinez comment s’appelle la soeur cadette d’Albert ? Berthe. Là, pour le coup, je ne doute plus. Albert Gauguet est bien mon ancêtre.